Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Les grandes lois s’énoncent simplement ; ainsi en va-t-il de la loi dite de Murphy découverte en 1949 par des techniciens qui travaillaient à la base d’Edwards de l’US air force.

* tout ce qui devrait bien se passer tourne mal
* le mieux est l’ennemi du bien
* toute tentative de ne rien faire, pour que rien ne tourne mal, tourne mal.

En clair, tout ce qui peut mal tourner, tourne mal… la tartine tombe toujours du côté du beurre, les raccourcis sont plus longs que la normale, vous ne pouvez jamais dévisser la dernière vis, si vous partez au wc pendant le match une équipe marque un but, le bout du rouleau d’adhésif disparaît toujours,… Robinson entend donc voir s’il y a un caractère rationnel à ces fameuses lois de la vexation universelle.
Il entreprend donc de comprendre les mécanismes du cerveau qui nous font tout voir du mauvais côté : perceptions ou souvenirs erronés, assemblages défectueux, perturbations dûes aux émotions, dysfonctionnements dûs aux phénomènes de groupe,etc.
Au final, le lecteur tient en main un « cours » magistral, diablement didactique et particulièrment amusant. Il se divertira beaucoup tout au long du livre, apprendra plus encore et aura grand plaisir à parcourir la très longue liste de lois de Murphy fournie par l’auteur en annexe de son livre.
Ce dernier s’excuse d’ailleurs, pour les questions qui resteront sans réponse, bien conscient que « d’après la loi de Murphy, (il pensera) à beaucoup de choses importantes dont (il aura oublié) de parler, le lendemain de la publication de ce livre ».

R. Robinson
Pourquoi la tartine tombe toujours du côté du beurre
Dunod
(juillet 2006)

Il était tout jeune journaliste dans un modeste journal polonais lorsqu’en 1956, Ryszard (prononcez Richard) Kapuscinski, fut envoyé en reportage en Inde. Avec pour seul viatique, lui qui ne connaissait rien du « monde extérieur », une traduction des Histoires d’Hérodote. Depuis lors, il est devenu une des grandes figures du journalisme, et ses livres sur le Négus, le Shah d’Iran ou encore sur l’Afrique ( Ebène, une magnifique traversée de l’histoire africaine d’après les indépendances) ont été traduits dans le monde entier. Mais jamais Hérodote ne l’a quitté. Il fut de tous les voyages, précurseur et maître inégalé de la découverte du monde, de la tolérance, et de la distance objective du journaliste face aux convulsions du monde. C’est une sorte de collage que Kapuscinski propose ici, un aller-retour entre le journaliste qui apprend son métier en parcourant la planète, et l’historien de l’Antiquité qui, le premier, dévoile la multiplicité des mondes et des hommes.

Ryszard Kapuscinski
Mes voyages avec Hérodote
Plon, Feux croisés

En ces temps de dialogues de sourd, un petit livre nous rappelle l’histoire partagée entre communautées juives et musulmanes. Un colloque a réuni divers intervenants, universitaires, gens de terrains, responsables communautaires, autour de la question de la coexistence. Elle connut des heurts et des malheurs mais aussi des échanges, emprunts et conversion. Pour faire avancer le dialogue israélo-palestinien et les relations entre Juifs et Arabes de France ou de Belgique, Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias, professeurs à la Sorbonne, ont provoqué des rencontres qui sans complaisance mais avec respect tendent des passerelles par-dessus la méconnaissance des uns et des autres, du passé mais aussi de la réalité d’aujourd’hui.

Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias
Juifs et musulmans
La découverte
(mai 2006)