Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en Essais.

Essais
L'utilité de l'inutile, de Nuccio Ordine

utilitedelinutileIl enseigne la littérature italienne dans diverses universités, il bavarde avec Georges Steiner, mais aussi avec Ovide, Giordano Bruno, Montaigne, Cervantes, de l’importance de l’inutile. En ces temps d’économie dominante, où seuls les mots rendement et profit, restrictions et pragmatisme, sont les horizons à atteindre, Nuccio Ordine rappelle que nous devrions reconsidérer que seule la beauté, le savoir, la tendresse, le désir, le rêve sont essentiels à l’existence. Utilité de l’inutile, vantée depuis Ovide, comme réservoir de créativité et d’humanité. La chute de l’Empire romain a précipité cela, l’argent et le pouvoir devenant des impératifs qui ne cessent de gangrener nos esprits. Il est urgent, nous dit ce manifeste, de remettre la bibliothèque dAlexandrie au milieu du village, et avec elle, la connaissance, l’art et l’utopie au centre de ce qui nous fonde. Comment donner tort à un homme qui plaide pour les livres en s’adossant aux plus grands visionnaires de nos lettres européennes ? Et rappelle, non sans ironie que partager ses connaissances n’appauvrit pas, au contraire de la logique d’une économie de marché qui nous appauvrit le cœur et dessèche l’esprit.

Nuccio Ordine : L’utilité de l’inutile, Les Belles Lettres

 
Les lois fondamentales de la stupidité humaire, de Carlo Mario Cipolla

loisfondamentalesstupiditL'historien italien de l'économie (1922-2000), mondialement reconnu, a mis à profit ce qui fit sa renommée - sa méthode analytique et sa curiosité intellectuelle- au service d'un domaine en perpétuellement renouvellement, largement insondable, inépuisable et mû par des forces aussi complexes qu'imprévisibles: la stupidité humaine. Carlo Maria Cipolla s'est penché sur le sujet, avec le même sérieux qu'il le faisait pour ses travaux sur les comportements et les habitudes culturelles de notre civilisation moderne. Y ajoutant une compétence qui ne s'acquiert dans aucune université : l'humour, pour établir avec rigueur- c’est cela qui est drôle-, la typologie et la fréquence du…crétin. Délicieusement pince-sans rire et vengeur.

Carlo Mario Cipolla :Les lois fondamentales de la stupidité humaine, PUF, 2012.

 
Le studio de l'inutilité

 

 

Vertu de l'inutilité ! Quand elle rime avec curiosité paresseuse, sédimentation heureuse d'amitié, de lectures savantes et de temps délicieusement et prétendument perdu. Fin sinologue, critique d'art, traducteur, essayiste et romancier, Simon Leys a de grandes passions, aux nombres desquelles la mer, la littérature et la peinture chinoise, mais aussi quelques écrivains occidentaux qu'il a longuement fréquenté. Ce recueil rassemble des articles et des conférences sur des auteurs qui ont tenté de vivre malgré leur époque, en restant eux-même, c'est-à-dire lucides et intègres. Des écrivains qui maniaient l'ironie et l'indignation mais aussi l'allégeance à la vie, et qui à l'égal de George Orwell cultivaient « le dégoût des toutes les nauséabondes orthodoxies qui se disputent notre âme » et n'oubliaient pas d'aller regarder pousser la rhubarbe au jardin. Comme eux, Simon Leys se méfie de ceux qui, par la force veulent faire le bonheur de l'Humanité, sans lui demander son avis.

On y retrouve son propre tempérament à résister à l'arbitraire et à la bêtise avec ténacité, feu ou humour. Des traits qu'il a trouvé chez les grands lettrés chinois et qu'il retrouve chez G.K. Chesterton l'auteur anglais du XIXème, Joseph Conrad, Orwell, Le Prince de Ligne, Henri Michaux, ou même la philosophe Simone Weil.

Simon Leys : Le Studio de l’inutilité, Flammarion, 2012, 304p, €20.

Commander ce livre

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 17

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture