Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Sur notre comptoir en ligne

Par Chalandon sorj...
€ 23.45
Par Giraud brigitte...
€ 19.00
Par Deserable, francois-...
€ 19.50
Par Orsenna erik...
€ 19.05
Par Daoud kamel...
€ 21.00
Par Bonnefoy miguel...
€ 19.50
Plus dans nos rayons

Commande en ligne

1. Remplissez votre panier.

2. Confirmez votre commande.

3. Venez chercher vos livres chez Graffiti.

Rechercher un livre dans la base de données (Plus d'un million d'articles disponibles) :


Rechercher un livre numérique

* Vous serez redirigé vers notre boutique numérique

Portrait du libraire en chien


La librairie, un sport de combat ?
  Portrait du libraire en chien.

En octobre 2006, la Bibliothèque des Chiroux à Liège organisait un colloque sur le thème "La lecture, la démocratie : à quels prix ?"

A cette occasion, j'avais été invité à intervenir sur le thème "La librairie, un sport de combat". L'occasion d'y exposer notre vision du métier de libraire et de dire l'engagement qui a été le nôtre depuis quarante ans.
Une dizaine d'années plus tard, ce texte reste d'actualité, et au moment de penser à une relève, nous pensons utile de le rediffuser.portrait-artiste-chien

Voici le lien vers ce Portrait du libraire en chien

 

Et tant qu'à parler de portrait en chien, n'hésitez pas à lire ou relire les nouvelles d'un magnifique poète gallois du siècle dernier.

 

 

 

 

 
Une rencontre rare, Paul Jorion le 28 août à 20h.

Une rencontre-débat avec
jorion versunnouveaumonde                 Paul Jorion
                            le lundi 28 août 2017 à 20h.

paul-jorion-graffitiIl est connu pour avoir été un des premiers, et dès 2005, à annoncer la crise des subprimes et son impact sur l'économie mondiale.

Aujourd'hui, il continue à prendre la parole pour commenter l'actualité socio-économique à travers son  blog et en publiant des livres très présents en librairie, où il poursuit sa critique jorion se debarrasser du capitalismedu capitalisme contemporain.
A l'occasion de la sortie de ses deux derniers lvres Se débarrasser du capitalisme est une question de survie (Fayard), et Vers un nouveau monde (Renaissance du livre), Paul Jorion nous fera l'honneur de sa présence à la librairie.

Entrée libre - Réservation indispensable.
Plus d'infos dans notre agenda

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 67

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

Joie, de Clara Magnani

Littérature française

magnani-joieRome, 2014, fin de l’été. Alors qu’il lisait sur sa terrasse ensoleillée, le cœur de Giangiacomo – dit Gigi – s’est arrêté. Une mort rapide, sans douleur, comme il l’avait toujours souhaitée, se souvient sa fille Elvira, appelée en urgence.
Quelques jours plus tard, la jeune

Continuer la lecture

Rosa, de Marcel Sel

marcel-sel-rosa"La vengeance du fils", ou "J'emmerde le père" eussent été des titres possibles, suggère malicieusement le narrateur de ce beau et fort roman. Car au premier abord il s'agit bien d'une question de filiation, à travers l'écriture d'un livre que le père, fils d'immigré italien, impose à son

Continuer la lecture


Denise au Ventoux, de Michel Jullien

jullien-denise-au-ventouxEntrant dans un roman publié par les éditions Verdier, le lecteur sait qu’il trouvera-là une belle écriture, une de celles qui cheminent avec le thème pour le faire chanter ; non pas à la manière d’un souteneur mais de façon toute musicale.
Ou picturale, s’il s’agit de Michel

Continuer la lecture


Le dimanche des mères, de Graham Swift

Littérature étrangère

swift-le-dimanche-des-meres.Ce septième roman de Graham Swift (Le pays des eaux) est une merveille de finesse et d’intelligence. D’une journée particulière, d’un instant anecdotique, l’auteur élabore un roman qui ne cesse de se déployer pour rendre hommage à la littérature.
Ce dimanche de printemps 1934, Jane

Continuer la lecture


La chair, de Rosa Montero

montero-la-chairLa chair est faible, dit-on. Et l'âge n'arrange pas les choses, à en croire certains auteurs. Il est même des moments de la vie où elles peuvent basculer. D'où une certaine angoisse sans doute devant le temps qui passe, et le besoin de le raconter. 
Soledad vient d'atteindre la soixantaine.

Continuer la lecture