Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Lise ThiryUn dimanche, un livredes virus et des hommes

Le dimanche 24 février 2013 à 11h30
Graffiti vous invite à rencontrer une de nos grandes scientifiques

Lise THIRY

à l'occasion de la publication d'un livre qui retrace son aventure intellectuelle

"Des virus et des hommes"
Un demi-siècle de recherches et d'engagement (Editions Couleur Livre)

Elle dialoguera avec le Docteur Jean-Claude Legrand

Virologue de renommée internationale, femme engagée sur tous les fronts, de la médecine, de la santé publique et de la justice sociale, Lise Thiry retrace dans « Des virus et des hommes » (Couleurs Livres), avec la collaboration de Carmelo Virone, soixante ans de recherches et de passions. Née en 1921, son âge respectable ne lui ôte ni le feu de la connaissance ni la curiosité de les partager avec d’autres, ni la force de combattre les préjugés.
Toute une vie consacrée à la microbiologie, au sein de l'Institut Pasteur et à l'Université libre de Bruxelles.
Militante dans son métier, elle l'est aussi comme citoyenne. Elle a fondé le GERM, Groupe d'Etude pour une Réforme de la Médecine, elle a milité pour la dépénalisation de l'avortement, et s'est engagée dans l'action politique en figurant sur la liste des Gauches Unies.

Le Docteur Jean-Claude Legrand, responsable du Centre de référence du Sida au CHU de Charleroi, qui suit tous les jours les patients atteint du sida au sein d’une équipe pluridisciplinaire, s’entretiendra avec elle du chemin parcouru sur le chemin des virus, ennemis ou amis, des avancées et des espoirs pour demain.

Plus d'infos sur le site des Editions Couleur Livres

crédit photo : seniorennet.be

Patrick Roegiers, ou le constant aller-retour entre Bruxelles et Paris.

D'abord homme de théâtre, Patrick Roegiers s'est installé à Paris il y a une vingtaine d'années, où il a mené une carrière multiforme dans le domaine des médias et de la culture :bonheurdesbelgesroegiers critique littéraire au Matin de Paris ( quand il existait encore), critique photographique au journal Le Monde jusqu'en 1992 et très actif dans les manifestations en rapport avec la photographie, réalisateur pour France 3, essayiste (Lewis Carroll, Diane Arbus, Lartigue, Topor, Magritte...) et romancier. A ce titre il a publié 9 romans aux Editions du Seuil, dans la collection Fiction et Cie dont Beau Regard (990), L'Horloge universelle (1992), Hémisphère nord (1998), La Géométrie des sentiments (1998), L'Oculiste noyé (2001), Le Cousin de Fragonard (2006) et La Nuit du monde (2010), avec pour sujet fréquent la peinture et pour personnages des créateurs.

patrickroegiersExilé volontaire en France, il a depuis quelques années retrouvé ses racines belges, et s'est lancé dans ce qu'on peut appeler une exploration, voire même une réhabiltation, de l'esprit belge et de la Belgique. A contre courant de ceux qui doutent parfois de son existence, il soutient dans ses livres qu'il existe un pays à nul autre pareil, aussi loufoque que pragmatique, aussi réel qu'imaginé. La Belgique est ainsi devenue un sujet à part entière, un personnage en soi, raconté d'abord dans un livre au titre explicite : Le Mal du pays, autobiographie de la Belgique (Seuil, 2003), puis dans un petit ouvrage formaté pour la collection "Découvertes" chez Gallimard, carte de visite idéale de la Belgique lorsqu'on s'adresse à des étrangers : La Belgique. Le Roman d'un pays (Gallimard, collection Découvertes 2005). En 2007, il publie chez Perrin La Spectaculaire Histoire des rois des Belges, où encore une fois, il dépeint une histoire particulière, spectaculaire en effet, truffée de péripéties tragiques et comiques. Un esprit à part, vraiment.

Il publie cette année un nouvel opus consacré à la Belgique, et dont le titre est le pendant de cet immense ouvrage qu'Hugo Claus a consacré jadis à la Belgique flamande, Le chagrin des Belges. C'est aujourd'hui Le Bonheur des Belges qui est raconté, "une histoire optimiste sur fond de désastre", ou encore l'histoire d'une pays "qui était heureux et qui ne le savait pas". Un si petit pays, comme aurait dû s'appeler ce livre, à travers les pérégrinations d'un gamin de onze ans, sans prénom ni parents, revisite l'histoire des belges, depuis la bataille de Waterloo jusqu'au plat pays de Jacques Brel, avec Tintin, Simenon, Eddy Merckx, Verlaire, Hugo, les quatre fils Aymon et bien d'autres en personnages de roman.
Une chose est dite encore : si l'auteur fait un constant aller-retour entre Bruxelles et Paris, il n'en reste pas moins que s'il a quitté la Belgique, c'est pour ne plus y revenir. Reste à comprendre pourquoi.

Patrick Roegiers : Le bonheur des Belges, Grasset, 2012.

"Si Dieu n'existe pas,
la mort perd beaucoup de son charme
" (Jean d'Ormesson)

barnavidieuxcouvwebLe 27 novembre à 20h, Graffiti reçoit eliebarnaviElie Barnavi

À l’occasion de l’exposition “Dieu(x), modes d’emploi” qui, après Bruxelles, a ouvert ses portes à Paris,  un ouvrage éponyme paraît aux Editions André Versaille. Rédigé par Elie Barnavi, il offre un aperçu de l’un des rares phénomènes humains véritablement universels : le phénomène religieux.

L'ambition de ce livre est d’introduire le lecteur à l’expérience religieuse dans toute sa richesse foisonnante, telle qu’elle s’exprime à travers les gestes quotidiens que posent les hommes et les communautés.

Les textes sont d’Élie Barnavi, historien, diplomate israélien et directeur scientifique du Musée de l'Europe à Bruxelles tandis que la postface est de Régis Debray. Sculptures, objets d'art, photos, films et bornes interactives s'emploient à éclairer, pour les visiteurs, la variété des croyances et des cultes de par le monde. […] L'exposition et l'ouvrage cherchent avant tout à informer plutôt qu'à démontrer, à étonner plutôt qu'à convaincre. Ils s'adressent à tous ceux qui sont soucieux de comprendre leur époque dans sa relation avec le sacré.

Né en Roumanie d'un père issu d'une lignée de rabbins russes, Elie Barnavi est citoyen israélien.  Après des études d’histoire et de sciences politiques à l’université hébraïque de Jérusalem, à l’université de Tel aviv et à la Sorbonne, il a été nommé professeur d’histoire de l’Occident moderne à Tel aviv tout en dirigeant le Centre d’études internationales.

Spécialiste du XVIe siècle français et européen, notamment des guerres de religions, il est professeur émérite d’histoire de l’Occident moderne à l’université de Tel-Aviv. Connaisseur averti du conflit israélo-arabe, Élie Barnavi a été ambassadeur d’Israël en France au moment de la seconde Intifada, de 2000 à 2002. Militant de toujours de la paix israélo­-palestienne, il a participé aux négociations parallèles qui ont suivi les accords d’Oslo.

Parmi ses publications récentes, citons Les Religions meurtrières (Flammarion), Jean Frydman, tableaux d’une vie pour servir à l’histoire de notre temps (Le Seuil) et La Révolution européenne, 1945-2007 (avec Kzrysztof Pomian, chez Perrin).
Il est actuellement Conseiller scientifique auprès du Musée de l’Europe à Bruxelles et rédacteur en chef du site Europe hebdo.

,