Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature française.

Littérature française
Les Evaporés, de Reverdy

Le roman commence dans la nuit. Kazehiro, qui se fera bientôt appeler Kaze pour dissimuler son identité, part de chez lui, décidé à disparaître, à "s'évaporer" comme on dit là-bas.

Là-bas, c'est le Japon, et c'est probablement le vrai sujet de ce texte évocateur en clair-obscur. La fille de Kaze se lance à sa recherche, épaulée par un ex plus poète que détective, Richard. Kaze fait lui-même la rencontre de Akainu, enfant des rues rescapé de Fukushima. Le lecteur suit ces deux fils avec beaucoup de plaisir, en même temps que l'auteur intercale des chapitres qui sont souvent rêvés par un des personnages, sur le Pays du Soleil levant. Un voile est ainsi levé sur la réalité japonaise, comme sur les motivations de Kaze, mais en partie seulement... L'auteur, lui-même, confessant que "cette civilisation (lui) demeure encore, à bien des égards, étrangère".

Au Japon, on ne recherche pas les évaporés.

Thomas B. Reverdy, Les Evaporés, Flammarion, 2013, 19 euros.

 

Ce livre vous intéresse?

Commandez le ici.

 

   

 
Manuel de survie à l'usage des incapables, de Thomas Gunzig

manuel de survie  lusage des incapablesCeux qui ne connaissent pas encore Thomas Gunzig, ou qui ne le connaissent qu'à travers ses chroniques des petits matins sur la RTBF ("café serré"), devraient réfléchir à deux fois avant de se lancer dans la lecture de son Manuel de survie à l'usage des incapables. Car rien ne leur est épargné dans ce livre décapant,et épatant. Ames sensibles s'abstenir en effet, on n'épargne au lecteur ni les morts, ni le sang, mais cela n'est que la couche superficielle du récit, car à travers le portrait déjanté de quatre loups de banlieue qui traquent l'homme responsable de la mort accidentelle de leur mère, lui-même responsable de la sécurité dans une grande surface, s'écrit une charge au vitriol contre l'univers mécanisé, mercantilisé, inventé par les experts qui mêlent marketing et systémique au profit d'une autre espèce de prédateur, le grand méchant capitaliste.
Il y a du délire dans ce genre de récit, où tout est à prendre au second degré. Quoique... L'univers que Gunzig dépeint est-il vraiment si éloigné de la réalité ? La force de son écriture est là précisément, où se mêlent
le sens de l'absurde, de la dérision, teinté d'un cynisme total, et un sens ravageur de la critique sociale.
C'est en tout cas ainsi que nous l'avons lu. Et chacun sait qu'un livre de fiction s'écrit toujours par le regard du lecteur.

Thomas Gunzig : Manuel de survie à l'usage des incapables, Au diable Vauvert Editeur, 2013, 420p, 18€.

Ce livre vous intéresse ?
Commandez-le ici.

 
Folles de Django, d'Alexis Salatko (rentrée 2013)

folles de djangoIl y a soixante ans, décédait Django Reinhardt, musicien et compositeur unique en son genre, né à Liberchies près de Charleroi. Handicapé par deux doigts atrophiés, suite à l'incendie de sa roulotte, Django le gitan inventa un genre que d'autres appelèrent jazz manouche. Alexis Salatko le raconte dans un roman biographique, Folles de Django (Robert Laffont) et révèle un fait méconnu de son histoire. Une Belge, Maggie Kuipers, oubliée de tous, le sortit des faubourgs boueux de Paris et le propulsa dans le monde des cabarets pour lui faire rencontrer ceux qui feront de lui une vedette. Pendant plus de dix ans, elle veillera sur lui, et tentera de le faire passer en Suisse pendant l'occupation nazie. Elle réussira pour Mendès-France et le frère handicapé de De Gaulle mais y laissera sa vie.

Comme avant lui Alain Gerber racontait Chet Baker, Alexis Salatko swingue sur la vie de Django avec une empathie totale pour celui qui renonça à la musique, lui préférant...la pêche à la ligne, alors que les plus grands l'admiraient (Duke Ellington, Armstrong). Mais jamais il ne renonça à sa liberté.

Alexis Salatko : Folles de Django, Robert Laffont, 2013, 276p.

 
<< Début < Précédent 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivant > Fin >>

Page 11 sur 57

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture