Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature française.

Littérature française
En finir avec Eddy Bellegueule, de Edouard Louis

On parle beaucoup, ces dernières semaines, du livre d'Edouard Louis, dont c'est à 21 ans seulement le deuxième ouvrage. Et pour cause : ce récit de l'adolescence de l'auteur dans une toute petite ville du nord, et du rejet de son homosexualité par son milieu d'origine, est assez sidérant. Ce sont les brimades infligées quotidiennement par deux autres collégiens, c'est peut-être surtout finalement la violence de certaines phrases prononcées par sa propre famille...

A cet égard, le texte rend très bien la langue telle qu'elle est malmenée par ceux qui l'entourent, en contraste avec la prose à la fois classique et soignée d'Edouard Louis. Surtout, celui-ci revendique et étaye avec sa propre histoire, la thèse sociologique selon laquelle ce sont des conditions sociales misérables qui, avant tout, expliquent le comportement de ses proches. De la même manière, la fuite finale vers une autre ville, est moins l'expression d'une volonté consciente qu'une conséquence inévitable de l'ordre des choses, comme un corps humain expulse un autre corps qui lui est étranger.

On comprend, en lisant "En finir avec Eddy Bellegueule", qu'Edouard Louis comme il le dit lui-même, ait dû le tuer et prendre un nouveau nom. On comprend aussi qu'il ne puisse aujourd'hui être vraiment à l'aise ni avec les prolos, ni avec les bourgeois.

 

Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule, Seuil, 2014, 17 euros.

Ce livre vous intéresse?

Commandez-le ici.

 
S'abandonner à vivre, de S. Tesson

Sylvain Tesson avait enchanté avec son Dans les Forêts de Sibérie, récit d'une réclusion volontaire qui nous avait paradoxalement bien fait voyager ; il nous revient avec les fort bonnes nouvelles de S'abandonner à vivre. Car il ne faut pas réduire notre homme au seul genre du récit de voyage dans lequel, par ailleurs, il excelle. Pour mémoire, Une Vie à coucher dehors avait reçu le Prix Goncourt de la nouvelle en 2009, et le présent recueil confirme en la matière l'habileté de son auteur.

Le dépaysement est bien sûr présent, avec des destinations aussi variées que le Sahara, la Chine ou encore l'Afghanistan. Mais également d'autres passions de Tesson que l'on connait peut-être moins bien, comme l'escalade, sur rocher ou... suspendu à une gouttière! Avec, dans toutes ces histoires, un regard volontiers critique (parfois trop?) sur notre "beau" monde.

Les récits en question ne sont pas toujours gais, mais le lecteur est de suite saisi par le style à la fois soigné et accessible de l'auteur, le pittoresque des personnages, les descriptions de certaines contrées... On découvrira donc avec bonheur La gouttière, La ligne ou encore Les égards, pour ne citer que 3 textes.

Il y a décidément quelque chose d'entraînant chez Tesson.


Sylvain Tesson, S'abandonner à vivre, Gallimard, 2014, 17,90 euros.

Ce livre vous intéresse?

Commandez-le ici.

 

 

 

 

 

 
Pour en finir avec la question juive, de Jean-Claude Grumberg

pour en finir avec la question juiveToute l’œuvre de Jean-Claude Grumberg, auteur dramatique (« L’Atelier ») et scénariste pour Costa-Gavras (« Amen ») ne tourne qu’autour de cela. Qu’est-ce qu’être juif quand on est parigot, préférant la tête de veau pressée à la carpe farcie, que pour vous l’hébreu c’est du chinois et qu’on est un athée endurci ?

Ses derniers textes( « Si ça va, bravo », « Votre maman ») sont à lire comme des sketches, des variations sur le thème de l’identité et de la mémoire. Son registre est le tragicomique, très comique, en s’excusant d’être tragique. Comment pourrait-il en être autrement, lui dont la grand-mère eut la vie sauve parce qu’elle avait fait sous elle, et que la police de Vichy avait le nez délicat…

« Pour en finir avec la question juive », confronte deux voisins de palier dans leur cage d’escalier. « Vous êtes juif ? » demande l’un à l’autre, avant un développement aussi génial qu’inattendu. C’est Levinas raconté par les Frères Ennemis. Les humoristes, pas Caïn et Abel, quoique… Un exercice d’intelligence et de vigilance de haut vol, à se tordre de rire.

Jean-Claude Grumbert : Pour en finir avec la question juive, Actes Sud.

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 10 sur 57

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture