Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en Essais.

Essais
Le bonobo, Dieu et nous, de Frans De Waal

bonobo dieu et nousLe comportement naturellement altruiste de certains grands singes, leur capacité à entrer en empathie avec un congénère, a percevoir les notions de Bien et de Mal, indépendamment d'une récompense ou d'une punition, a profondément interpellé le célèbre primatologue et éthologue néerlandais. Les valeurs morales et le sens du bien commun, existeraient-ils aussi chez les primates?

Il le constate, et avance l'idée selon laquelle, l'éthique ne vient pas d'en Haut, n'est pas dictée par un commandement supérieur, par Dieu, mais se crée dans l'interaction quotidienne. Ce que Darwin avait lui aussi énoncé. « Les instincts sociaux poussent l'animal à trouver du plaisir dans la société de ses semblables et éprouvent une certaine sympathie à leur rendre divers services. » Et cela, à côté de la cruauté de la sélection naturelle. Frans De Waal en vient à étayer son athéisme, corroboré par ces observations scientifiques : la morale nous précède, elle découlerait de l'instinct naturel de coopération et d'altruisme. Et de conclure, après une foule d'exemples bouleversants, qui interpellent, et de réflexions philosophiques empathiques elles aussi, « chez les primates on reconnaît des comportements auxquels nous aspirons nous-mêmes... »

Frans De Waal : Le bonobo, Dieu et nous, Les liens qui libèrent, 2013, 23,80 euros.

 
Avant le passage, La mort du père

Deux livres de fils orphelins d’un père, l’un de François Emmanuel, l’autre de José Luis Peixoto, bouleversent tout ce qu’on a déjà pu lire sur le sujet.

avant le passageDe cette mélopée si particulière, qui est la sienne, François Emmanuel tisse un chant au défunt qui l’accompagne. C'est « Avant le passage » (Actes Sud) . Un homme, père, mari, est couché dans un lit d’hôpital pour ses derniers instants. Autour de lui, ses femmes, épouses et filles, chuchotent avec le médecin. Le voyant rouge du moniteur de contrôle, clignote. Semi-conscience, le mourant sombre dans le rêve, rejoint le fond des âges, s’avance sur le chemin vers l’Hadès, précédé par une lueur rouge elle aussi, qui vacille dans la main de celle qui l’y emmène. Parque ou épouse, mère ou inconnue ? Insérés, en italique, les réminiscences du dormeur, se fondent à la réalité et aux images qui surgissent dans son esprit morphinique. François Emmanuel compose un dernier chant profond, antique, feutré, somptueux comme une étoffe qui ne serait pas linceul mais douceur du vivre qui se délite . C’est bien de douceur, d’amour et de lumière dont il est question ici, dans les non-dit qui sourdent en ultime cadeau de celui qui s’en va, à ceux qui restent.

 

la mort du pèreDans « La mort du père » (Grasset), José Luis Peixoto, écrivain portugais salué par Saramago, met ses pas dans celui du disparu.

Lire la suite...
 
Montaigne, de Bernard Lobet

montaigne lobetLe rejet des systèmes et l'absence de concept nouveau ne sont pas des raisons suffisantes pour écarter l'auteur des Essais de toute considération philosophique. Michel de Montaigne est indissociablement écrivain et philosophe. Son style épouse les inflexions de sa pensées et capte fidèlement les moindres agitations de son esprit. S'il décide de coucher ses réflexions sur le papier pendant une vingtaine d'années, c'est pour essayer son jugement, le mettre à distance critique, le confronter à ceux des Anciens, mais aussi pour se libérer des préjugés et des dogmes, quelle que soit l'autorité qui les formule. Quant à l'unité de sa pensée, elle réside en lui-même : son corps et son esprit sont les seuls sujets de ses investigations. (notice de l'éditeur)

Voici un livre qui se lit comme un roman, et qui peut servir de porte d'entrée à l'oeuvre jugée difficile de Michel de Montaigne. Il remet le texte de Montaigne dans une perspective intéressante pour le lecteur qui considère que la philosophie est aussi une forme d'exercice. Montaigne, dit Bernard Lobet, était moins un essayiste qu'un essayeur, "l'essai étant une tentative d'exprimer des expériences et de mettre son jugement à l'épreuve".

"Avez-vous su méditer et manier votre vie ?"

Bernard Lobet : Montaigne, la réflexion à l'essai, Editions Ousia, 251p, 10€

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 17

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture