Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en Essais.

Essais
Lire et penser ensemble

Les libraires s’interrogent. Confrontés à la difficile maîtrise d’une offre foisonnante et pléthorique, et d’une demande de plus en plus formatée, ils reprennent à leur compte cette déclaration de Marie-Rose Guarnieri de la librairie des Abbesses à Paris : A quoi bon maintenir vivant un réseau de librairies indépendantes qui constituent une exception culturelle dans le paysage mondial et même européen, si c’est pour peu à peu glisser vers une désubstantialisation de notre éthique et de notre pratique. Comme si nous devenions des libraires décoratifs, des pièces de musée d’un temps du livre qui n’est plus.

En même temps que ce mouvement de fond, lié au phénomène de concentration et au marketing éditorial, apparaissent d’autres enjeux, telles les nouvelles pratiques de lecture, de consommation et d’accès à l’information, entre autres par Internet.

Ces interrogations sont aussi celles des éditeurs indépendants. L’un d’eux a d’ailleurs récemment stigmatisé la difficulté qu’il rencontrait à être encore visible sur les tables des libraires, quand ceux-ci ne refusaient pas, tout simplement, de présenter ses livres à leur clientèle. Le terme de censure fut même prononcé. Bien des choses peuvent être dites, en réponse à cela. Parler du risque inhérent à toute politique éditoriale, ou encore de capacité de diffusion et de distribution. Certes, mais le questionnement est plus fort.

Quelle place ont encore les éditeurs et les libraires qui pensent par eux-mêmes , quelle que soit leur structure, répondant ainsi au joli mot d’indépendance ? Et si on parlait de ces autres instances de reconnaissance que constituent par exemple les médias et les critiques ? Et finalement si on parlait des lecteurs ?

Un petit livre vient d’être publié aux Editions Amsterdam : Lire et penser ensemble . Son auteur est en même temps son éditeur, Jérôme Vidal. Son propos fait écho au type de réflexions exprimées ici. Mais surtout, il ne se contente pas de gémir ni de dénoncer. La concentration est certainement au cour des processus à l’ouvre dans l’économie du livre. Mais il est possible de proposer à la discussion d’autres pistes d’interprétation. Il ne suffit pas de se proclamer éditeur ou libraire indépendant. Jérôme Vidal s’interroge sur la notion du désir aujourd’hui, le désir du lecteur, et sur les limites de notre puissance d’agir. Le débat est large. Il permet d’y analyser la manière dont se construit la production éditoriale, et notamment celle des manuels scolaires, mais aussi d’y voir des enjeux tels que « Google livres » et les modifications en cours non seulement dans la chaîne du livre, mais dans ce qu’on pourrait nommer, par extension, la chaîne du savoir. Et in fine la place de la culture critique nécessaire à la démocratie.

Jérôme Vidal : Lire et penser ensemble, Editions Amsterdam

 
La discorde

La Discorde. Israël-Palestine, les Juifs, la France.
Le conflit israélo-palestinien ne concerne pas que le Moyen-Orient. Si l’on s’accorde à dire qu’il est au centre des questions géostratégiques aujourd’hui, et qu’il concerne donc tout le monde, il n’en est pas moins vrai qu’il a fait irruption jusque chez nous, dans notre environnement direct. Comme le dit Elisabeth Lévy, coordinatrice de ce livre, « On ne se parle plus, on s’invective ». Cette question a en effet provoqué une césure dans certains milieux, y compris parmi les Juifs eux-mêmes.
« La Discorde » est un long dialogue entre deux représentants emblématiques de cette fracture, deux intellectuels issus de la communauté juive, et donc peu suspects d’antisémitisme, même s’ils s’opposent sur la question du sionisme. Rony Brauman, médecin, professeur à Sciences Po, ancien président de Médecins sans frontières ; et Alain Finkielkraut, philosophe, enseignant à l’Ecole Polytechnique, producteur à France-Culture.
Cinq échanges, trois en 2004, deux en 2006, dont le dernier au lendemain de la guerre du Liban. Cinq échanges sans concessions, mais toujours respectueux, sur les questions les plus actuelles, les plus délicates et les plus difficiles parfois que chacun se pose sur Israël, le sionisme, la Palestine, et leurs implications dans nos sociétés européennes, française bien sûr puisque les auteurs y sont des acteurs intellectuels importants, mais aussi, par extension, la nôtre en Belgique, où les mêmes clivages se posent.
Un livre intelligent, utile, et remarquable.

 
C’était mon frère

Vincent Van gogh mourut le 30 juillet 1890, suivi en janvier de l’année suivante par son frère Théo. Vingt-trois ans plus tard, en 1914, le corps de Théo était ramené par sa veuve à Auvers-sur-Oise pour être inhumé aux côtés de Vincent. Tant il semblait naturel que la proximité des deux frères dans la vie dût se prolonger dans la mort. Ils étaient proches en effet. Et si le génie de Vincent occulta quelque peu le personnage de Théo, simple marchand des peintres morts et trop peu des vivants , ce livre très beau au ton si juste tente de restituer la parole de ce jeune frère, cet ami, ce compagnon.

C’était mon frère (récit)
Judith Perrignon
L’Iconoclaste
(chroniqué septembre 2006 – paru mai 2006)

 
<< Début < Précédent 11 12 13 14 15 16 17 Suivant > Fin >>

Page 11 sur 17

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture