Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en Essais.

Essais
Le dérèglement du monde

Le dérèglement du mondeFarouche défenseur des Lumières, Amin Maalouf dresse le constat de tous les manquements que ce siècle accumule au nom du progrès, de la démocratie, de la justice sociale. Désastres écologiques, guerres « civilisatrices », nationalismes, dictatures… Dans Les Identités meurtrières, Maalouf, le Libanais, de souche arabe mais chrétien, d’expression française et vivant en Bretagne, démontrait déjà l’absurdité du repli identitaire. Ne sommes-nous pas tous multiples ?
Très pessimiste quant à l’avenir de l’humanité, Le dérèglement du monde revient sur les origines historiques de la montée de l’incompréhension entre le Moyen-Orient et le monde occidental. Zéro partout, torts partagés, compte l’arbitre. Manque d’éthique d’un côté, esprit colonial de l’autre, ont abouti à une crispation des préjugés, et sont en passe de se cristalliser en haine de l’autre. Face à cette impasse explosive, Amin Maalouf plaide pour une refondation de nos valeurs communes, une invention d’autres rapports culturels, spirituels, ouverts à l’autre mais aussi à une réelle politique d’immigration, faite de droits et de devoirs. Il met en garde l’Europe contre sa cécité, sa frilosité comme dirait Elie Barnavi, et l’enjoint à retrouver son rôle de phare intellectuel. Faute de quoi, les « identités meurtries se feront meurtrières ».

Amin Maalouf : Le dérèglement du monde, essai, Grasset, 317p.

 
Je me souviens

Je me souviensPendant soixante-quatre ans, Boris Cyrulnik a tu, s’est tu à lui-même, son histoire d’orphelin de guerre, d’enfant caché puis placé en familles d’accueil. Il avait six ans lorsque la police française- et non la Gestapo- est venue arrêter sa mère.
Un ami l’emmène sur la traces de son passé, et Cyrulnik se souvient. Le plus extraordinaire n’est pas le récit de cet enfant sauvé mais le pourquoi il a été sauvé. C’est que, sans le savoir, le petit Boris fait déjà de la résilience, de la résistance. Espiègle, rebelle mais créatif, son instinct de survie lui permet d’enjamber le malheur, de se dire « ils ne m’auront jamais. » A l’évocation de son étonnant parcours, ce n’est pas l’émotion qui lui monte aux lèvres mais des images, des mots, des détails captés par un regard d’enfant et auquel il s’est arrimé pour se construire. Un grand petit livre.

Boris Cyrulnik : Je me souviens, L’esprit du Temps, €9.50.

 
Musicophilia

MusicophiliaLe neurologue Oliver Sacks, auteur entre autres de « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau », revient avec cet ouvrage sur les arcanes du cerveau, sur la mémoire du corps par le biais de l’étrange langage de la musique. Se basant sur ses observations cliniques et le vécu de ses patients, il explore notre dimension musicale, excentrée, inventée, non prévue par la nature, que l’homme seul a pu développer au même titre que l’art, l’humour, la conscience. Amnésiques devenus virtuoses, épileptiques ultra sensibles à certaines mélodies, handicapés mentaux mélomanes, musicologues soudain incapables de lire une partition sont au cœur de ce livre fascinant qui touche à la fois à la science qui tente d’expliquer et au mystère…

Oliver Sacks : Musicophilia : la musique, le cerveau et nous, traduit de l’anglais par Christian Cler, Seuil, 2009, 478p, €25

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 10 sur 17

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !
captcha