Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Les Arts
Bethsabée, au clair comme à l'obscur, de Claude Louis-Combet

bethsabee-corti-graffitiAu moment ou s’ouvre au Rijcksmuseum d’Amsterdam l’exposition des œuvres de la maturité de Rembrandt, paraît ce texte de Claude Louis-Combet, qui a toutes les qualités du peintre. La matière y est aussi sensible et vigoureuse que le sujet est tendre et déchirant. Les dernières années de Rembrandt, entre faillite et solitude, furent illuminées par la présence calme et souriante de sa servante Hendrikje. Simple paysanne frisonne, venue prendre dans la maison, dans le lit et le cœur du peintre, la place laissée vacante par la très aimée Saskia. Hendrikje offre son amour, sa blondeur et les générosités de ses formes au portrait de Bethsabée, séduite par le Roi David.

Dans une langue somptueuse, Claude Louis-Combet entre dans l’intimité et la connivence profonde de ces deux êtres, portés par une même passion du vivre alors même que la mort, partout, rôde. Texte somptueux que cette sensualité du corps et du trouble de l’âme, qui n’est pas sans rappeler Bernard Noël ou Merleau-Ponty, par cette métaphysique charnelle qui entrevoit l’abîme.

Claude Louis-Combet : Bethsabée, au clair comme à l’obscur, Editions Corti

 

 
Rembrandt, les années de plénitude

Rembrandt-mercatorCo-édité par The National Gallery qui a ouvert l’exposition avant le Rijcksmuseum qui l’accueille à Amsterdam depuis quelques jours (et jusqu’en mai), un album paraît avec la contribution de divers spécialistes. Les reproductions sont remarquables, qui restituent, et la matière, et les lumières, -les fameux clairs-obscurs-.
De 1650 à sa mort en 1669 à 63 ans, Rembrandt n’a pas cessé de peindre, alors même que les commandes se font rares, il va au-devant des visages populaires du quartier Juif, de la figure christique, toute d’empathie, et de lui-même. L’ultime autoportrait, alors qu’il a perdu tous les siens, sa fortune et sa gloire, nous regarde en face, résigné et calme, à peine étonné, sans se dérober à l’absurdité tragique du destin.

Rembrandt, les années de plénitude, Fonds Mercator (49.95 euros)

 

 
La musique des pierres, de Nicoles Idier

musique des pierresRoman, essai, carnet de route ? Un peu tout cela sans doute, sans que l'on puisse faire la part du réel et de l'imaginaire dans ce récit. Sauf sur un point, le personnage central de ce livre : Liu Dan, né en 1953, poète, calligraphe, peintre des pierres et des paysages. Quant au narrateur, critique d'art ou esthète, invité en Chine par un mécène après la mort de sa compagne, il n'existe que comme témoin, ou comme prétexte pour raconter le voyage de Liu Dan à travers la peinture et l'art des pierres.
Car les pierres sont comme les nuages..., en mouvement, propices au rêve, insaisissables. Elles sont aussi la permanence, et plus que la terre, elles sont ce qui nous porte. Elles dégagent une énergie que seuls ceux qui les respectent perçoivent. La culture chinoise
l'a bien compris, qui les vénère, et en fait des oeuvres d'art. Liu Dan les peint, les écrit, et après la période d'ombre que la Chine a traversée, tente de perpétuer ce qui a toujours été.
L'auteur de ce livre, Nicolas Idier, est attaché culturel à l'Ambassade de France à Pékin, après avoir soutenu une thèse de doctorat à Paris-Sorbonne sur l'apport de Pierre Ryckmans dans l'histoire de l'art et en sinologie. Il y a des passions plus indignes...
Promenade érudite dans la Chine d'aujourd'hui,
La musique des pierres est bien tout cela, roman, essai, carnet de route.

Nicolas Idier : La musique des pierres, Gallimard 2014, 328p, 21 €.

Ce livre vous intéresse ?
Réservez-le ici

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 6

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture