Le blog du libraire. Quels sont les enjeux de notre métier de libraire aujourd'hui ?

Blog du libraire
Stéphane Hessel, une grande figure disparaît

stephane hessel 2013stephane hessel studio harcourt

Indignez-vous ! restera le cri de ralliement de ce début de siècle, injonction humaniste et solidaire que lançait aux jeunes l’ancien jeune Stéphane Hessel, disparu à l’âge de 95 ans. Jamais le beau mot de résistant n’aura été aussi bien porté que par celui qui rejoint pendant la guerre le maquis et les Forces Libres avant d’être déporté. Revenu de Buchenwald, cet Allemand naturalisé français en 1937, devient un diplomate et un européen convaincu. Son indéfectible aspiration humaniste, son exigence, sa haute idée de la démocratie et de la responsabilité, son goût du risque, synthétisée dans un petit livre d’à peine une trentaine de pages, auront soulevé l’enthousiasme dans plus de 100 pays. « Indignez-vous ! « (Indigène) a été vendu à près de 4 millions d’exemplaires, avec l’écho que l’on sait, et il s’apprêtait à lui donner un complément (à paraître le 13 mars) dans « A nous de jouer ! de la protestation à l’action.»

Agrégé de philosophie, Stéphane Hessel, avait l’éthique et l’engagement chevillés au corps. Cette grande figure politique, était aussi un homme de grande culture. Son amour immodéré pour la poésie française et de langue allemande, il le fit passer dans divers recueils, dont un qu’il enregistra lui-même, vendu au profit des enfants étrangers et de leurs familles, menacés d’expulsion, avec toujours cette générosité, toute d’intelligence et de cette malice qu’il mettait en toute chose.

Il n'y a plus tellement de grande figure morale et intellectuelle de la trempe de Stéphane Hessel.
Les libraires que nous sommes doivent lui rendre hommage.

 
Henry Bauchau aurait eu cent ans

henry bauchauCe mardi 22 janvier 2012, et alors que paraissent chez Actes Sud, trois ouvrages de et autour d’Henry Bauchau, aurait été le centième anniversaire de celui qui était le doyen de nos lettres. «Chemin sous la neige» est le second volume de ses mémoires, réunies sous le titre L’Enfant rieur. L’enfant rieur qu’il aurait été si l’incendie de Louvain, le guerre de 14-18, les déboires familiaux n’avaient présidé à sa naissance.
«Le Chemin sous la neige» démarre en 1940 et se termine en 1954, avec sa première publication. Il revient sur son combat intérieur, avec l’ombre, avec l’ange, et rend compte de sa vie privée autant que de son activité au sein des Volontaires du travail, convaincu qu’il était alors de servir le Roi et la patrie occupée en mettant au travail des jeunes gens, pour les soustraire au Service du Travail Obligatoire en Allemagne. Mal vu autant de la Résistance que des rexistes, Henry Bauchau finira par rejoindre la Résistance en 1943. Il revient sur ces années-là avec plus d’amertume que d’examen critique, pour ce qui apparaît au lecteur d’aujourd’hui, comme une complaisance aveugle, à l’égard de la collaboration, fût-elle passive. Sa lucidité à l’égard de lui-même se porte essentiellement sur le travail psychique et créateur remarquable qu’il a mené jusqu’au bout, à travers ses pièces, poèmes, journaux, et bien sûr romans, avec un courage, une profondeur et un talent qu’il doit, au départ, à Blanche Reverchon, traductrice de Freud, psychanalyste et épouse de Pierre-Jean Jouve. Il rend hommage dans «Blanche et Pierre» à celle qui l’a mise sur le chemin de l’inconscient et du mythe, en l’incitant à écrire. Enfin, Myriam Watthee-Delmotte, qui dirige le Fond Henry Bauchau à Louvain-la-neuve, publie une biographie littéraire, «Henry Bauchau, sous l’éclat de la Sibylle.»

Par ailleurs, le Musée de Mariemont présente jusqu’eu 24 février, « L’épreuve du temps » présente des peintures, dessins, sculptures d’Henry Bauchau, entourées d’œuvres d’autres artistes que son œuvre à inspirés.

Sophie Creuz

 
La rentrée ou le bonheur de lire alors que tout s'agite autour de nous

enardruedesvoleursferrarisermonchutederomealtVoici trois livres, regardez-les bien. Trois livres de la rentrée littéraire dont on parlera. Trois livres très différents. Le roman de Mathias Enard commente en quelque sorte l'actualité des printemps arabes et des révoltes des indignés. Jérôme Ferrari écrit un roman éblouissant sur la précarité des civilisations. Et comme le dit son éditeur, David Van Reyboeck livre un essai total sur le Congo, écrit comme un roman. Un livre enfin traduit du néerlandais ! Par un hasard heureux ces trois livres sont publiés par un même éditeur, Actes Sud, qui effectue une rentrée étonnante de qualité, avec également un Laurent Gaudé, qui publie un de ses meilleurs livres.
Mais il y a bien d'autres découvertes à faire. La presse vous

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 6 sur 12

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture