Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Lire avec Graffiti
Eviter les péages, de Jérôme Colin

eviter-les-peages-colinUne chronique reprise du portail numérique Librel.be,
une lecture de Martha Beullens

Dans le monde du journalisme culturel belge, Jérôme Colin est une figure incontournable qui a indéniablement un ton personnel. Son style tient pour l’essentiel à sa façon d’incarner un personnage public qui doit beaucoup au Jérôme Colin de la vraie vie et à son aptitude à adopter un point de vue sur la culture et ceux qui la produisent, qui est à la frontière entre l’impertinence, la curiosité et la naïveté (vraie ou feinte). Ce personnage est bien plus construit dans l’émission Hep Taxi !que dans sa matinale à la radio.

Avec son premier livre, Jérôme Colin a décidé de creuser son sillon plutôt que de défricher un territoire aux antipodes de son image. Son personnage est chauffeur de taxi. C’est un quadra qui se pose beaucoup de questions sur sa vie et pose beaucoup de questions aux gens. Ça tombe bien, il en rencontre pas mal au quotidien. Et quand il n’a pas de clients, il retrouve ses potes ou écoute la radio. Il est très réactif aux textes des chansons qu’il appréhende tantôt comme des amplificateurs de ses états d’âme, tantôt comme des résumés de ceux-ci.

Le cadre narratif est habile et très ouvert. Le rythme du récit est donné par les gens qui passent et les réflexions qu’ils suscitent. En contrepoint, le narrateur s’épanche. Pour densifier ce cadre, Jérôme Colin n’a pas choisi de faire compliqué quand il pouvait faire simple. Il situe son personnage dans une situation classique : la routine s’est installée dans son couple. Le break s’impose (Madame est partie quelques jours avec les enfants). Et la tentation d’une aventure s’incarne dans un fantasme sur mesure. Que va faire le narrateur ? Repartir à zéro ou re-choisir sa femme ? C’est ce qu’on ne vous dira pas. Pour compliquer les choses, un mystérieux client régulier lui fournira un portrait de ce qu’il pourrait devenir s’il choisissait définitivement la misanthropie.

On l’aura compris, ce qui compte ici, c’est moins la trame de l’histoire que le monologue. Quid du style ? Si on veut voir le verre à moitié vide, on dira que c’est un enchaînement de clichés sentimentaux et d’épanchement sur le temps qui passe et restreint les possibles. Si on veut voir le verre à moitié plein, on dira que c’est un portrait sociologiquement très intéressant d’un quadra d’aujourd’hui qui s’exprime de manière désinhibée dans une langue qui sonne vrai et qui assume son romantisme et sa trivialité.

Éviter les péages divisera les lecteurs comme Jérôme Colin divise ses auditeurs et téléspectateurs. Il les séduira sans réserve ou les agacera prodigieusement.

Jérôme Colin, Éviter les péages, Éditions Allary, 2015, 200p.

 

 
Voici les noms, de Tommy Wieringa

voici-les-nomsPartis à treize, ils ne sont plus que cinq à l'arrivée, après des mois d'errance dans la steppe, migrants trompés par des passeurs sans scrupules. Histoire cruelle, histoire banale ? Pas tout à fait.
Car dans cette ville en pleine décadence, située aux confins orientaux de notre continent, les rescapés de cette marche hallucinée, traînant avec eux un colis macabre,
sont pris en charge par un inspecteur de police, saisi lui-même d'une quête mystique étrange : retrouver ses possibles attaches au judaïsme, là où l'Histoire l'a quasiment fait disparaître.
C'est
une double recherche dont il est question, celle d'une terre promise qui n'est jamais que la nôtre, celle d'une lecture du monde qui lui donne sens.
Pour y répondre, cette courte phrase tirée du coeur de ce livre puissant en forme de fable, : Notre mémoire est aussi notre fidélité. Car s'il est une mémoire européenne, le fracas du monde contemporain doit nous alerter. Que reste-t-il de cet esprit commun forgé au fil de l'histoire, où chaque homme a un nom ? Un nom, une identité, une reconnaissance en tant qu'humain.
Voici les noms, ce sont aussi les premiers mots de l'Exode, second livre de l'Ancien Testament, qui raconte la sortie d'Egypte des Hébreux fuyant la malédiction de Pharaon. Apologue, portrait en abîme d'un monde contemporain déconstruit, interrogation sur le religieux,Voici les noms de Tommy Wieringa, qui a reçu le Libris Literatuur Prijs en 2013, est un livre impressionnant, courageux et, malgré sa noirceur, positivement remuant...

Tommy Wieringa : Voici les noms, traduit du néerlandais (Hollande) par Bertrand Abraham, Actes Sud 2015, 330p.

Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

et sa version numérique ici

 
Little America, de Rob Swigart

little-americaLe père et le fils se détestent. Le père se désole de la faiblesse et du manque d'ambition de son fils, et le fils rêve de tuer son père.
Lecteur, ne crois pas pour autant que ce livre soit sinistre. Il est au contraire très drôle, en portrait satirique de l'Amérique middle class des années 1970, matérialiste, conservatrice, faussement puritaine car obsédée par le sexe, et c'est important de le souligner, "
post guerre du Vietnam", avec une jeunesse qui rêve de passer à autre chose. Et en effet, le rêve d'Orville junior, fils d'Orville senior donc, est de s'établir comme pompiste dans l'immense station-service de Little America, un endroit où tout citoyen disposant d'une automobile finit par passer. On l'a compris, c'est loufoque, c'est déjanté, et c'est aussi très haletant, le livre se déroulant en de multiples scènes de quelques pages, mêlant la chronologie, et fonctionnant un peu comme un puzzle.

Les Editions Cambourakis ont le chic pour retrouver et publier quelques formidables écrivains américains quelque peu oubliés. C'est l'occasion ici de rappeler un livre qui nous avait enthousiasmés : Sale temps pour les braves, de Don Carpenter

Rob Swigart : Little America, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par François Happe, Cambourakis, 1015, 246p.

Ce livre vous intéresse ? Commandez-le ici

 
DVD du mois : Timbuktu, de Abderrahmane Sissako
Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane  mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.
 
En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.
 
Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s'en est pris à GPS, sa vache préférée.
 
Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

Sélection Officielle (Compétition), Festival de Cannes 2014
 
Bayard d'Or du Meilleur Film, Festival International du Film Francophone (FIFF), Namur
Bayard d'Or du Meilleur Scénario, Festival International du Film Francophone (FIFF), Namur
Prix du Jury Junior, Festival International du Film Francophone (FIFF), Namur
 
Timbuktu, un film de Abderrahmane Sissako, Cinéart, 2015, 22,50 €, disponible à la librairie.
 
Source: www.cineart.be
 
Le sommeil de Grâce, de François Emmanuel

emmanuel-sommeil-garceA l’annonce de l’accident de Grâce, plongée dans le coma, frère et soeurs convergent vers la ferme familiale. L’une a laissée dernière elle les guerres d’Afrique, son cadet arrive avec sa nouvelle compagne, la troisième à la tête ailleurs. Et tandis que Grâce est suspendue entre la vie et la mort, tous glissent, sur ces routes enneigées, vers leur inéluctable, début ou fin. François Emmanuel excelle une fois encore à se mettre à l’écoute de ces vies tissées de liens et de voix intérieures, de non-dits, et des traces du passé qui affleurent. Roman choral, écriture musicale, sens des images, profonde humanité sont les qualités de ce roman qui se dépose en nous avec douceur, malgré la violence des tourments intimes.

François Emmanuel : Le sommeil de Grâce, Le Seuil, 2015, 160p.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 62