Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature étrangère.

Littérature étrangère
La chair, de Rosa Montero

montero-la-chairLa chair est faible, dit-on. Et l'âge n'arrange pas les choses, à en croire certains auteurs. Il est même des moments de la vie où elles peuvent basculer. D'où une certaine angoisse sans doute devant le temps qui passe, et le besoin de le raconter. 
Soledad vient d'atteindre la soixantaine. Elle pourrait être heureuse dans son boulot, commissaire en art qui tente de mettre sur pied pour la Bibliothèque nationale de Madrid, une exposition sur les écrivains maudits. Mais comme son nom l'indique, elle est seule. Son amant vient de la quitter pour une épouse plus jeune, et pour donner le change elle s'attire les services d'un gigolo, qu'elle paiera fort cher tout en en tombant amoureuse. Situation sans issue ?
C'est avec subtilité, et en creux avec humour, que Rosa Montero met en scène ces questions délicates que sont l'attirance des femmes pour des hommes plus jeunes, le choix de ne pas avoir d'enfant, mais aussi le lent affaissement des corps, et le sexe toujours présent, toujours désiré, mêlé au furieux besoin d'aimer.
On parlait d'humour, et c'est l'effet miroir de ce livre, où une certaine Rosa Montero, journaliste de son état, remet certaines choses en place, permettant à l'auteur d'exposer sa formidable érudition en matière de littérature, et de donner la furieuse envie de lire ces auteurs dont elle parsème son roman. Qui est qui ? Peu importe, le plaisir est intense...

Rosa Montero : La chair, roman traduit de l'espagnol par Myriam Chirousse, Editions Métailié, 2017, 191p.

Ce livre vous intérsse. Réservez-le ici
ou sa version numérique ici

 
Les étoiles s'éteignent à l'aube, de Richard Wagamese

wagameseLorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage à travers l’arrière-pays magnifique et sauvage de la Colombie britannique, mais aussi un saisissant périple à la rencontre du passé et des origines indiennes des deux hommes. Eldon raconte à Frank les moments sombres de sa vie aussi bien que les périodes de joie et d’espoir, et lui parle des sacrifices qu’il a concédés au nom de l’amour. Il fait ainsi découvrir à son fils un monde que le garçon n’avait jamais vu, une histoire qu’il n’avait jamais entendue.

" (...) Les étoiles s’éteignent à l’aube. Transmission, en un souffle, de la beauté puissante de la nature sauvage et de la complexité des vies humaines, à lire d’une traite, parfois les larmes aux yeux, frappé par l’écriture concise, forte et juste. L’auteur, Richard Wagamese appartient comme ses personnages à la nation objiwé et a déjà écrit une dizaine de livres. Son dernier roman paru est le premier traduit en français, dans la collection « écrits d’ailleurs » qui édite des textes d’auteurs anglophones qui « ont pour point commun d’avoir une double culture, et une écriture riche de métissages ». Il sera présent au très beau festival Etonnants voyageurs de Saint-Malo, du 14 au 16 mai." Lou, Un dernier livre avant la fin du monde.  (Notice de l'éditeur)

Richard Wagamese : Les étoiles s'éteignent à l'aube, roman traduit de l'anglais par Christine Raguet, Editions ZOE, 2016.

 
Le fracas du temps, de Julian Barnes

fracas-du-temps-barnesFallait-il braver Staline et mourir jeune, en martyr comme le poète Ossip Mandelstam, le dramaturge Meyerhold, comme les proches des grandes poétesses Akhmatova et Marina Tvsetaeïva réduites au silence ? Ou valait-il mieux courber l’échine, lécher la main du Petit Père des peuples et durer ? Chostakovitch, comme Pasternak s’est plié au système, pour préserver sa famille, ses proches et sa vie. Est-ce du courage, est-ce de la lâcheté ? Qui peut juger ce que suppose vivre dans la terreur ?

Julian Barnes entre avec maestria dans cette douleur intime. Sa biographie romancée pénètre la conscience et la peur, qui suinte à chaque page de cette existence confisquée. Tour à tour honoré, décoré, souvent interdit, Chostakovitch était paradoxalement plus joué et reconnu en Occident qu’en Russie qui jugeait sa musique « formaliste », élitiste ou grossière. On l’accablait de musiques de films de propagande, l’empêchant du même coup de composer des opéras pour lesquels il se sentait fait. Mais Staline assassina son opéra « Lady Macbeth de Mzensk », pourtant ovationné des deux côtés du rideau de fer, et il n’en composa plus jamais. Humiliation suprême, Chostakovitch fut envoyé en délégation aux Etats-Unis, défendre les médiocres canons de l’art soviétique et dénigrer publiquement Stravinski, réfugié aux USA. Stravinski, qu’il admirait plus que tout. Mais le coup de grâce vint lorsqu’à la fin de sa vie, Khrennikov, Secrétaire Général de l’Union des compositeurs, qui avait pourri sa vie, le somma de le rejoindre aux côtés des censeurs et du pouvoir.
Julian Barnes montre le tragique d’une existence qui aura bu le poison jusqu’à la lie.

Julian Barnes, Le fracas du temps, traduit de l'anglais par Jean-Pierre Aoustin, Mercure de France, 2016


Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

et sa version numérique ici

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 57

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture