Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature étrangère.

Littérature étrangère
Compartiment n°6, de Rosa Liksom

Un vrai roman d'hiver que ce texte de Rosa Liksom, jusqu'ici inconnue en France, puisqu'il nous emmène en Sibérie.

Une femme s'installe dans un wagon du très célèbre train qui la traverse de part en part, bientôt suivie par un homme au physique impressionnant. Sitôt assis, il se met à lui parler ; elle, écoute (elle ne prononcera qu'une phrase dans tout le roman). Les histoires que le russe raconte sont à son image : marquantes. Ce sont les récits de l'ex-URSS, alors encore en place : histoires familiales marquées par la dureté du quotidien, scènes de queue devant les magasins dans la rue,  épisodes tirés de la vie du narrateur lui-même... Tout cela est dur, voire tragique, mais raconté avec une maestria qui fait mouche ! La langue du russe, comme lui-même, est diablement vivante et, au final, fascinante.

De l'autre côté de la vitre, les paysages se succédent, eux aussi terribles et magnifiques ; c'est une lecture dont on sort ahuri...

 Liksom Rosa, Compartiment numéro 6, Gallimard, 2013, 19,50 euros.

 

Ce livre vous intéresse?

Commandez-le ici.

 
Le journal d'Edward, hamster nihiliste, de Miriam Elia

journal d'edwardDans la pure tradition des romans gothiques, Miriam et Ezra Elia ont imaginé un journal à quatre mains, celui retrouvé dans la cage abandonnée de leur hamster neurasthénique. Minuscule, dans la paille, se trouvait le journal intime de sa courte vie. Manger, dormir, faire de la roue, était la question. Cela suffit-il à composer une vie, à justifier la monotonie, la solitude, l’espérance ? On peut varier bien sûr, ce qu’il fait, et décider dans un geste de radicale liberté, de « ne pas faire de roue ». Mais jusqu’à quand ?

Hautement philosophique, merveilleusement dessiné en noir et blanc, ce petit livre en forme de méditation est à ranger de toute urgence, entre Desproges et Schopenhauer. Ne constatait-il pas lui aussi, que la vie est souffrance, et que si la solitude est le gage de la liberté elle l’est aussi de l’ennui ? Ennui trompé par les annotations existentielles, tragicomiques- très comiques- de ce rongeur morose, égotique, qui trompe son aspiration à une existence digne de ce nom, et au libre arbitre, par des occupations grégaires. Faut-il ajouter qu’Edward nous ressemble beaucoup ?

Mirial Elia : Le journal d'Edward, hamster nihiliste : 1990-1990, traduit de l'anglais par Rose labourie, Flammarion, 2013, 96p.

 
En mer, de Toine Heijmans (Rentrée 2013)

en mer heijmansUn court roman, percutant et très actuel, en ce qu'il reflète bien la vie moderne, le travail, le couple, la paternité. Et en prime l'amour de la mer.
Il raconte la traversée, entre le Danemark et les Pays-Bas, d'un homme parti se ressourcer en mer durant trois mois, et que sa fille de sept ans a rejoint pour cette dernière étape. Et ce qui pourrait n'être qu'un moment de bonheur devient une traversée de tous les dangers, où l'homme se débat tout autant contre lui-même que contre la tempête qu'il doit affronter, et au cours de laquelle sa fille lui échappe. Rythme haletant et suspense garanti. Que se passe-til dans la tête d'un homme face à lui-même ?
Et en même temps, pour ceux qui ont le pied marin, ce livre est une ode magnifique au monde de la mer.

Toine Heijmans est journaliste au Volkskrant à Amsterdam. Auteur de plusieurs livres de reportage, En mer est un premier roman très réussi, très bien accueilli à sa sortie aux Pays-Bas en 2011, et dont uUne adaptation cinématographique est en cours de réalisation.

Toine Heijmans : En mer, traduit du néerlandais par Danielle Losman, Christian Bourgois Editeur, 2013, 156p, € 15,00.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 9 sur 56

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !
captcha