Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature étrangère.

Littérature étrangère
Je refuse, de Per Petterson

je-refuse-per-pettersonDeux amis d’enfance se croisent quarante ans après s’être perdus de vue. Le premier, mal parti dans la vie, a semble-t-il réussi, tandis que l’autre, à qui tout était promis, est contraint à la marginalisation. Dans un chassé-croisé entre passé et présent, l’auteur de « Pas facile de voler des chevaux » (Folio) revient sur les promesses non tenues de l’existence, sur le basculement du destin. Mais cette fois, au lieu de subir, chacun des personnages dira un jour « je refuse ». Justesse et sensibilité font de ce roman norvégien un hymne au libre-arbitre, douloureux, cruel souvent quand il s’agit de se dégager d’un sort imposé. « Je refuse », interroge subtilement aussi notre société froide qui impose un mode de fonctionnement, à l’opposé de nos aspirations profondes.

Per Petterson : Je refuse, traduit du norvégien par Terje Sinding, Gallimard (Monde entier), 2014, 272p.

Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici.

 
La petite lumière, d'Antonio Moresco

petite-lumiere-morescoOn peut compter sur les éditions Verdier pour nous dénicher des textes rares, puissants, interpellanst. Ainsi est « La petite lumière » d'Antonio Moresco, le premier roman traduit d'un auteur italien à rapprocher d'un Erri De Luca. Dans un hameau abandonné, envahi par la végétation, le narrateur passe l'été en silence et solitude. Potagers et chemins, toutes traces de vies ont disparu sous une nature volontaire reprenant ses droits. Plus loin, des villages subsisten t; y vivent des êtres frustes, des chiens agressifs, un semblant de civilisation qu'il vaut mieux éviter. Toutes les nuits, de sa fenêtre, il aperçoit une lueur qui l'intrigue, au coeur de la forêt. L'écriture magnifique d'Antonio Moresco s'enroule telle une vrille de clématite autour de cette histoire troublante, poignante, qui mêle au conte, une réflexion sur la fin et le début de l'humanité, du temps, et des âges de la vie.

Antonio Moresco : La petite lumière, Editions Verdier, 2014, 128p.


Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

 
L'été des noyés, de John Burnside

burnsideete-des-noyesNous sommes sur une l'île norvégienne, Kvaloya, proche du Grand Nord. Dix ans auparavant, à la fin de l'été, deux frères presque jumeaux, ont disparu en mer, mystérieusement, l'un après l'autre, par une nuit claire et calme. De vieilles légendes évoquent une femme qui hypnotise et tue. Cette sirène, cette Huldra celtique, est à la fois proche de la nature sauvage et gardienne du silence, du secret et des âmes. Le lecteur entre dans le récit de ce fait-divers tragique, par le récit qu'en fait dix ans après, une femme de 28 ans, inquiétante et indéterminée. Ces disparitions lui laissent des impressions changeantes, des doutes, au point que le lecteur lui aussi se met à douter... John Burnside, auteur écossais, mène la barque avec une habileté souveraine, superpose le fait-divers, le conte, les troubles de l'adolescence, le mystère du désir et de l'ascèse, à l'art et à la vie. Il écrit avec une technique de peintre, esquisse, reprend, efface, laisse en blanc, puis revient sur le motif de ce fascinant thriller métaphysique, étrange et pénétrant.

John Burnside : L'été des noyés, de John Burnside, traduit de l'anglais (Ecosse) par Catherine Richard, Editions Métailié, 2014, 336p, 20€.

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 7 sur 57

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture