Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

La librairie indépendant a beaucoup fait parler d'elle ces derniers temps.
Le 25 avril dernier
, elle était à la Fête, comme chaque année, suivant ainsi une tradition catalane qui veut qu'à la San Jordi, les librairies indépendantes offrent un livre et une rose à leurs clients. Ce que nous avons fait chez Graffiti.
Mais il y a plus !
Nos lecteurs savent que nous nous sommes beaucoup investis dans les combats que mènent les libraires, notamment
sur les deux fronts que sont le prix unique du livre, et la disparition de la tabelle.
La Tabelle ?
C'est ce surcoût imposé par les filiales belges de deux grands groupes français, Hachette et Editis, et qui entraîne une majoration de 10 à 15% sur le prix de leurs ouvrages ; une pratique héritée de l'époque d'avant l'euro, et qui n'est plus aujourd'hui, à nos yeux, qu'une rente de situation. Car pourquoi un livre doit-il être plus cher à Bruxelles ou Waterloo qu'à Bordeaux ou Montpellier ? Les libraires ont donc lancé une pétition, demandant à tous les lecteurs de les appuyer dans leur démarche. "Le livre au même prix en France et en Belgique"

alt

Dans notre action pour l'abolition de cette tabelle, nous sommes appuyés par les auteurs. A l'initiative d'auteurs des Editions Les Impressions nouvelles, plus de 170 auteurs belges ont ainsi publié une lettre ouverte dans la presse, y compris des auteurs édités dans des maisons qui pratiquent la tabelle, comme Amélie Nothomb ou E.E. Schmitt. 

Nous ne sommes pas naïfs. La diminution des prix que nous demandons, entraînera ipso facto une baisse de nos marges. Ces marges dépendent des éditeurs d'une part, mais aussi du marché de la consommation. C'est pourquoi les libraires se battent en même temps pour qu'enfin en Belgique, le prix du livre soit régulé par une loi fédérale, ou à défaut en raison de la 6e réforme de l'Etat, des décrets communautaires. Un dossier sur lequel nous reviendrons par ailleurs.

 

Instants soufis

instants-soufis-graffitiEn marge d’un islam agressif, existe un autre islam de paix, d’humanisme, de spiritualité intègre et non pas intégriste.
Plusieurs ouvrages paraissent qui, par les textes, la philosophie, la poésie, le dialogue, mettent en lumière une spiritualité ouverte. Abdelwahab Meddeb, disparu fin 2014, était un de ces érudits tunisiens nourri de toutes les cultures méditerranéennes, juives, chrétiennes, musulmanes. Il avait signé récemment avec Benjamin Stora, « Histoire des relations entre Juifs et Arabes des origines à nos jours » (Albinmeddeb-stora-graffiti Michel). Chaque vendredi sur France Culture il donnait à entendre des éclairages c
roisés de philosophie et de lettres, dont ces « Instants soufis « (Albin Michel).
Il les plaçait sous le signe de «l’universalité, une vertu cardinale, qui se manifeste dans la reconnaissance de l’autre » .

Bien loin du prosélytisme belliqueux et sectaire, cette halte auprès d’une intériorité mystique accueillante, ouverte sur l’Evangile et le Talmud, pour un rapprochement des esprits, est bienfaisante. D’autant que le soufisme, branche mal aimée de l’Islam, fait du paradoxe un outil de réflexion, et une voie d’accès à Dieu par l’intériorité, le silence. Avec pour éclaireur Abdelwahab Meddeb, grand connaisseur de la poésie vivante, charnelle de Rûmi, des dits d’Ibn’Arabî l’andalou, ou encore de Râbi’a, femme et sage du VIIIème siècle qu’on venait consulter de loin, c’est une invitation qui ne se refuse pas.

Passeur de culture, Abdelwahad Meddeb avait entamé depuis longtemps sa réflexion sur le nécessaire va-et-vient entre tradition et modernité, et avec la "Maladie de l'Islam", paru en 2002, disait ouvrir un "cycle dénonçant le mal qui corrompt la religion où il était né". Cet ouvrage était suivi deux ans plus tard d'un livre de conversations avec Philippe Petit, qui n'a rien perdu de son actualité et dont les événements de janvier 2015 à Paris ont amené la réimpression." Face à l'Islam" est la parole libre d'un homme à la double généalogie, qui ne renonce ni à l'une ni à l'autre, vagabond des Lumières dans un siècle qui, ayant perdu ses repères et ses certitudes, peine à trouver son chemin.
En complément de ces textes, nous avions déjà référencé en 2010 dans ce "blog lectures" un autre ouvrage de Meddeb, "Pari de civilisation"

Plusieurs ouvrages paraissent en même temps sur le soufisme, celui de Cheikh Khaled Bentounès "Vivre l'Islam, le soufisme aujourd’hui » (Albin Michel), qui préface « Un éblouissement sans fin, la poésie dans le soufisme » d’Eric Geoffroy (Seuil), tandis que Tahar Ben Jelloun préface "Le Soufisme", de Thierry Zarcone (Gallimard).

 

kamel-daoudLe Prix des Cinq Continents a été décerné au Sommet de la Francophonie à Dakar. Le jury présidé par Le Clezio a choisi « Meursault contre-enquête » (Actes Sud) de Kamel Daoud, écrivain et journaliste très critique à l'égard de son pays, l'Algérie.

- Vous avez reçu le prix de la Francophonie alors que l'Algérie n'en fait pas partie.

Non, nous sommes le deuxième pays francophone, en terme de population mais pour des raisons historiques, le français reste tabou. Comme le dit l'écrivain Kateb Yacine, « le français est un butin de guerre », moi je préfère dire que c'est un bien vacant, sans maître. A l'issue de l'indépendance, il y a eu une politique d'arabisation, la France à limité son quota d'enseignants et Nasser nous a envoyé d'Egypte les professeurs nationalistes dont il voulait se débarrasser. Or l'arabe est la langue que seuls les imams parlent, et le président, - quand il parlait-. Pourtant, seule la presse francophone, et l'arabophone, est acceptée. Si elle l'était en algérien cela nous permettrait de prendre conscience de nous-mêmes. Et cela, les dirigeants et les religieux ne le veulent pas. Le français est donc pour moi la langue de la liberté, de l'imagination, alors que l'arabe est celle de l'obligation, de la répétition et de l'obéissance. L'idiome de ceux qui veulent penser à ma place. Le français n'est ni une langue maternelle, ni paternelle, c'est une langue fraternelle.

- Meursault est le meurtrier dans L'Etranger de Camus, sur la plage d'Oran il a tué un homme, un anonyme, désigné par l'Arabe. Il ne sera pas jugé pour cela mais pour ne pas avoir pleuré à l'enterrement de sa mère... Vous vous intéressez à sa victime. Pourquoi?

Comme tous le monde, en lisant L'Etranger, j'ai enjambé l'Arabe, sans me poser de question. En lui donnant un nom, une destinée, un frère, c'est ma propre présence au monde que j'interroge. L'histoire de la colonisation continue d'oblitérer le présent, confisqué par les anciens vétérans au gouvernement pour légitimer leur présence. « Nous vous avons apporté la liberté en 1962, sans nous vous n'êtes rien » disent-ils. La liberté, sans doute, mais nous ne sommes toujours pas libres.

- « Souvent, je retombe, je me mets a errer sur la plage, pistolet au poing, en quête du premier Arabe qui me ressemble pour le tuer », dit le frère de l'Arabe dans votre roman.

Oui. La haine, l'oisiveté, la vanité ne donnent rien de positif et on finit par se dévorer soi-même. C'est ma dette à Camus, qui m'a donné dignité en m'ouvrant à la pensée libre, aux livres, contre Le Livre unique. J'ai été très religieux entre mes 15 et 20 ans, je connais bien de l'intérieur ce que cela suppose, je connais le Coran et ce qu'on lui fait dire. La religion était la seule à apporter des réponses à mon questionnement, là où aucun idéal, aucune perspective ne s'offraient à moi. Mes grands-parents, qui m'ont élevé, pratiquaient un islam doux, calme, ouvert et tolérant, mais aujourd'hui il est devenu violent, colonise l'esprit et s'immisce partout, jusque et y compris dans la sphère privée, la chambre à coucher. Les barbus sont des voleurs de liberté, ils commencent par les femmes, les hommes ensuite et le pays enfin. Ils pensent pour vous, vivent à votre place; la seule chose qu'ils ne font pas, c'est mourir à votre place. Ma femme à pris le voile, ce n'était pas grave en soi, si elle n'avait pris aussi tout ce qui l'accompagne, ce fut la cause de mon divorce. Je n'ai pas renoncé à chercher Dieu mais je refuse d'y aller en voyage organisé, je préfère le chercher seul et à pied.

- Est-ce pour cela, qu'à l'issue de « Meursault contre-enquête », dans lequel nous avons écouté un narrateur en colère mentir, se mentir, puis passer de la victime au meurtrier, vous laissez le lecteur seul juge?

Oui, on m'a assez reproché en Algérie, cette absence de morale. Contrairement à Meursault, l'indifférent, mon narrateur affronte ses propres contradictions, et se tue peut-être lui-même. Ce livre n'est pas une réplique à Camus, que j'admire profondément, déchiré lui-même, né Algérien et mort Français. Je dépasse le procès de la colonisation qui ne m'intéresse pas. En nommant l'Arabe, j'ai simplement donné un nom à la victime de l'Etranger, parce qu'on tue moins facilement un homme dont on connait le nom. J'ai voulu rendre à l'indigène, l'autochtone, comme on disait naguère, au Vendredi de Defoe, une identité, pour qu'il ne s'y enferme pas.

Propos recueillis par Sophie Creuz.