Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Foire du livre 2005 #novembre 2004

Source : www.lalibre.be

"«TOUR & TAXIS: ENFIN, UN LIEU QUI CONVIENT À LA FOIRE DU LIVRE!»

C'est avec une satisfaction foiredulivre2005manifeste que Didier Platteau, président de la Foire du Livre, a présenté, mardi, le septième emplacement d'accueil de ladite foire, qui se tiendra à Bruxelles du 2 au 6 mars 2005. Après la galerie Louise, le centre Rogier, le palais des Congrès, le Heysel, les «Pyramides» (place Rogier), le site de Tour & Taxis, haut lieu du patrimoine industriel, offrira un espace lumineux de 10500 m2. Pari à plus d'un titre, ce déménagement a été décidé à l'unanimité du conseil d'administration de la Foire du Livre. L'installation aux abords du canal de Bruxelles, à mi-chemin entre la place Rogier et la basilique de Koekelberg, est prévue pour les trois prochaines éditions, mais pourrait revêtir un caractère définitif. Des navettes, dont le parcours doit encore être étudié, seront mises en place pour permettre au public de rejoindre l'endroit qui, s'il n'est pas aussi excentré que le plateau du Heysel, n'est pas toujours aisé à rejoindre. L'édition 2005 sera placée sous le signe de l'Aventure, qu'elle soit éditoriale, démocratique, scientifique, sensorielle, individuelle ou encore linguistique. Outre les stands traditionnels (forum, salon littéraire et espace animation jeunesse), trois rendez-vous insolites seront proposés: un bar des sciences, un carrefour des images et un atelier des Arts. Selon Ana Garcia, commissaire de la Foire, l'engouement des éditeurs est déjà chose acquise puisque 120 inscriptions - qui se traduiraient par la présence de 1200 maisons - ont été enregistrées à ce jour. Du 2 au 6 mars 2005, de 10h à 19h, nocturne le 3 mars jusqu'à 23h. "

En savoir plus : www.foiredulivre.com

Rapport du Lentic 2004 sur le marché du livre en Belgique

Source : www.lesoir.be

Bonne nouvelle : les livres en français se vendent lenticcomme des petits pains, en Belgique. Mauvaise nouvelle : la part des maisons d'édition belges dans ce festin rétrécit. Tels sont les grands enseignements d'une étude réalisée par le Laboratoire d'études sur les nouvelles technologies de l'information, la communication et les industries culturelles (Lentic, ULG), pour le compte du service promotion des lettres de la Communauté française.

D'après cette étude, le chiffre d'affaires généré par les livres de langue française en Belgique a augmenté de 4,7 % entre 2002 et 2003, où il atteignait 232 millions d'euros. En annulant les effets de l'inflation, la hausse atteint 3,1 %. La croissance est, en outre, en hausse par rapport à 2002, où elle atteignait 2 % hors inflation. Ce sont les ouvrages de littérature générale qui ont connu la plus forte hausse entre 2002 et 2003.

Elle s'établit à 10,6 %. Les bandes dessinées (+ 9,3 %), les livres de jeunesse (+ 9,2 %) et les ouvrages au format de poche (+ 8,4 %) connaissent également une belle croissance. Sur une plus longue période (1998 - 2003), ce sont les livres pour la jeunesse qui progressent le plus (+ 7,7 %).

La littérature générale tire également son épingle du jeu (+ 4,8 %), tout comme les livres de poche et les bandes dessinées (+ 3,8 % pour ces deux catégories). En fait, seuls les livres scientifiques, techniques et médicaux subissent un repli entre 1998 et 2003 (- 0,2 %). Reste à savoir si cette augmentation globale du volume est due à une hausse des prix ou à une augmentation des ventes par unité... L'étude ne s'est pas penchée sur cet aspect. Je pense néanmoins que l'augmentation enregistrée en 2003 n'est pas uniquement due à une hausse des prix , explique Marc Minon, directeur d'études au Lentic. En 2002, on pouvait supposer que l'augmentation du chiffre d'affaires pouvait résulter uniquement d'une hausse des prix. Mais, cette année, la hausse est telle qu'il me semble qu'elle s'explique également par une croissance du nombre de livres vendus. Sur la période étudiée, le Lentic a constaté un effondrement du marché du disque, le deuxième marché éditorial en Belgique.

Le centre de recherche ose une interprétation : « On peut se demander s'il n'y a pas eu un mouvement de report des achats - notamment des achats de cadeaux - d'un secteur vers l'autre au cours des deux dernières années. » La croissance enregistrée ne profite toutefois pas à tout le monde de la même manière. Ainsi, les livres vendus par les éditeurs belges ne représentent-ils que 28 % du marché. Autrement dit, 72 % des achats de livres de langue française en Belgique portent sur des ouvrages édités à l'étranger. L'étude indique aussi que la situation des maisons d'édition belges ne s'améliore pas. En 1998, la proportion d'ouvrages belges vendus en Belgique atteignait encore 32 %.

Pour Marc Minon, le phénomène d'effritement touche surtout les ouvrages de littérature générale. De ce point de vue, les maisons belges souffrent de la moindre médiatisation de leurs ouvrages dans les grands journaux français, ainsi que de leur position délocalisée par rapport à Paris. Heureusement, les maisons belges vendent également des livres à l'étranger. A l'exportation, leur chiffre d'affaires s'élève à 80 millions d'euros, ce qui représente 57 % de leurs revenus. Ce volume d'exportation peut paraître encourageant. Tous les livres belges ne s'exportent toutefois pas avec le même bonheur. On peut estimer que 80 % des exportations concernent des bandes dessinées , explique Marc Minon.

Enfin, le Lentic s'est intéressé aux canaux de distribution des ouvrages. Ce sont les grandes surfaces qui connaissent la plus forte croissance. Leur part de marché s'élève à 23 % et a augmenté de 6 % entre 1998 et 2003. Ce n'est pas pour autant que le petit libraire n'a plus la cote : sa part de marché a augmenté de 4,1 %... Les clubs de livres ont le sourire moins franc : leur importance a décliné de 1,7 %... Sur le plan méthodologique, on notera qu'en l'absence de compilation officielle, les chiffres du Lentic ont été recueillis sur base de questionnaires envoyés aux clubs de livres, éditeurs, maisons de diffusion et de distribution, et éditeurs français. Ils ont été recoupés auprès des magasins Carrefour, Fnac, Cora et Club.