Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Lire avec Graffiti
La douleur porte un costume de plumes, de Max Porter

douleur-porte-un-costume-porterEntrant dans la maison du deuil, un corbeau prend, auprès du père et de ses deux jeunes enfants, la place de la mère disparue, de l’écoute et du jeu. Conte moderne inattendu, ce premier roman bouscule toutes les règles, celles du récit et celles du deuil. Drôle, bouleversant, poétique, prosaïque, sonore et calligramme, ce texte à dire à voix haute est puissamment vrai. Il repousse les limites du chagrin et du romanesque avec une vitalité et une tendresse irrésistibles.

Max Porter : La douleur porte un costume de plumes,roman traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Charles Recoursé, Seuil, 2016, 128p.

 

 

Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

et sa version numérique, ici

 
Insoumis, de Tzvetan Todorov

insoumis-todorovDeux éléments ont guidé ce livre. D’abord le passé de son auteur, né bulgare dans le bloc soviétique, où toute opinion personnelle ne pouvait être exercée qu’en privé, loin des oreilles du pouvoir. Et ensuite son arrivée en France où il découvre la libre expression et la pensée politique mises en débat.
Profondément humaniste, Tzvetan Todorov s’attache, à travers toute son œuvre, à montrer les formes de résistance individuelle à la barbarie ou à l’intérêt de l’Etat lorsque celui-ci oublie qu’il est au service de l’éthique et du droit universel. « Insoumis » brosse le portrait de ces hommes et de ces femmes (Etty Hillesum, Boris Pasternak, Mandela, Edward Snowden…) qui, faisant partie du système ont un jour dit « non ». Pacifiquement, en exposant leurs vies, ils et elles se sont dressés au nom d’un principe supérieur : l’humanité de l’homme.

Tzvetan Todorov : Insoumis, Editions Laffont

 
Le pique-nique des orphelins, de Louise Erdrich

le-pique-nique-des-orphelins-erdrichArgus, petite bourgade nord-américaine, est à l'oeuvre de Louise Erdrich ce que Macondo est à « Cent ans de solitude » de Garcia Marquez. Le creuset d'un univers fantastique, de personnages banals et étonnants. Publié une première fois en français en 1988 sous le titre « La branche cassée », le roman bénéficie d'une nouvelle traduction. Dans la veine de « La chorale des maîtres bouchers », cette fresque familiale emporte le lecteur à la suite de trois orphelins envoyés seuls par le train, rejoindre la boucherie familiale. Tous n'y arriveront pas, et heureusement car cela nous vaut un roman foisonnant, cavalant à bride abattue pendant quarante années derrière les rêves, les erreurs, les échanges hauts en couleurs auxquels tous se livrent plus ou moins furieusement. Epatant.

Louise Erdrich : Le Pique-nique des orphelins, Collection Terre indienne, Albin Michel, traduction Isabelle Reinharez, 2016, 468p.


Ce livre vous intéresse ? Réservez-le sur notre comptoir en ligne

 

 

 
Autopsie d'un père, de Pascale Kramer

autopsie-dun-pere-kramerA rebours du livre du livre d'Edouard Louis, Histoire de la violence (Seuil), référencé ci-après, Pascale Kramer part du plus intérieur de l'intime pour dire ce que les blessures d'amour-propre, les erreurs de jugement, les maladresses familiales disent du cynisme de notre époque. Ania n'a pas les mots, or son père, journaliste brillant, n'a, lui, que les mots. Par hasard, elle apprend que celui qu'elle ne voit plus depuis des années, a soutenu deux jeunes qui ont tué un sans-abri comorien. Comment cet homme éclair a-t-il pu ? Mis a pied, hébété, il met fin à ses jours, seul, en silence.
Subtil et magnifiquement écrit ce roman bouleverse, interpelle, scanne notre société avec une finesse exceptionnelle.

Pascale Kramer : Autopsie d'un père, Flammarion, 2016, 173p, 17€



Ce livre vous intéresse ? Réservez-le sur notre comptoir en ligne

ou sa version numérique sur notre portail numérique

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 70