Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Gabriel Ringlet le jeudi 19 novembre à 20h


Le jeudi 19 novembre à 20h

Gabriel Ringlet
sera l'invité de Graffiti pour y parler de son livre

"Vous me coucherez nu sur la terre nue" (Albin Michel)


ringlet-vous-me-coucherez-nu"À l’approche de la mort, François d’Assise confiait à ses compagnons son souhait de reposer un moment « nu sur la terre nue ». C’est le sens de ce dévêtement ultime qu’explore ici Gabriel Ringlet, pour apporter un éclairage nouveau sur la fin de vie et son accompagnement.
À partir de témoignages bouleversants, dont certains lui sont parvenus après le succès de son livre Ceci est ton corps, l’écrivain et théologien prend le parti de l’infinie douceur pour offrir un viatique qui trouve sens pour chacun.
Il témoigne également de son expérience dans un centre de soins palliatifs en Belgique – où la loi autorise pour certains cas l’euthanasie – et donne alors toute sa place à l’écoute et au rituel pour les personnes qui en font la demande. Les mots justes s’allient aux gestes simples pour cet adieu si singulier.
Une méditation sublime sur la nudité de l’absence, une célébration de la vie."  (présentation de l'éditeur)

Ce livre, profond et poétique, est une utile mise en perspective des questions de fin de vie dans une société ouverte comme la nôtre, où s'entrechoquent l'héritage de nos traditions, notamment religieuses, leur remise en cause à travers une laïcisation évidente des moeurs, et le besoin manifeste de symbolique, d'accompagnement et d'empathie pour les concilier.

 

Une série de textes et de livres ont été cités lors de cette rencontre, textes qu'il nous a été demandé de référencer sur notre site Internet.
Les voici.

 

Entrons dans le solitaire,
Entrons dans le silencieux,
Dans le rien,
Le plus rien,
Qui se tait
Mais se sait.
Entrons dans le silencieux,
Entrons dans le solitaire,
Une voix parle,
Parle sans voix,
Qui se sait,
Mais se tait.
Entrons dans l’abyssal antre:
Effroi, frisson ou offrande.
François Cheng
La vraie gloire est ici Editions Gallimard

“La “voie” symbolique constitue une attestation tranquille et vigoureuse de ce que le visible est réellement relié à l’Invisible,
le créé à l’Incréé, le signe au Signifié”.
François Cassingena- Trévedy
Poétique de la Théologie Editions Ad Solem

“Cœur lézardé de peine
il faut chercher l’ailleurs
Et le chercher ici dans les décombres.” (Maurice Delaforge)
(...)
Peut-être, comme les disciples (...) vous avez le “cœur lézardé de peine”? Alors, “il faut chercher l’ailleurs, et le chercher ici” et ne pas oublier le chant de l’Ascension. Il nous invite, au Notre Père à mêler nos voix d’hommes à la voix de Dieu
Gabriel Ringlet
Eloge de la fragilité Editions Albin Michel

Sur la célébration :

Célébrer, c’est à dire élever, agrandir, élargir, porter plus loin ce qui se joue là de si exigeant et difficile
“ La poésie n’est pas quelque chose en plus dans votre vie, une option, un vernis, une culture, un au-dessus. Non! Elle est un en dedans.
Et un en dedans qui vient à mon secours, qui me soigne et peut me guérir, même si je vais mourir"
“Le vêtement liturgique indique le passage à une autre dimension...
Le recul de la célébration aide à mieux empoigner le profane pour le rendre sacré” (p184) ce moment dit Cheng où “le divin habite l’intervalle
Gabriel Ringlet
Vous me coucherez nu Editions Albin Michel

Célébrer l’au-delà du désir, l’au-delà de soi
Célébrer l’aube des noms réinventés
Célébrer le soir des regards croisé
Célébrer la nuit au visage émacié
Des mourants qui n’espèrent plus rien
mais qui attendent tout de nous."
Guillevic

 “J’avais toutes les réponses là, dans ma tête, toute la philosophie, toutes les certitudes de la foi, mais les larmes coulaient de tous les yeux mortels qui disaient: Pourquoi nous as-Tu fait mortels? Les idées étaient intactes, mais cette nuit là les idées ne me servaient à rien, je les retrouverais demain mais je criais dans la nuit.”...
“Quelqu’un que l’on aime, que l’on met en terre, il n’y a plus d’images, ni mots à dire.”
Jean Sullivan.
Devance tout adieu. Editions Gallimard (Folio)                        

 “C’est malheureux, mais il n’existe pas de formation universitaire qui prépare à l’impuissance”
Marion Muller-Colard.
L’autre Dieu Editions Labor et Fides

 “O mon Dieu, donne à chacun sa propre mort,
donne à chacun la mort née de sa propre vie
où il connut l’amour et la misère.” (...)
“Fais qu’il lui soit permis de veiller jusqu’à l’heur
où il enfantera sa propre mort...
Rilke
Le livre de la pauvreté et de la mort. Editions Actes Sud (Traduction d’Arthur Adamov)

“Dans une gestuelle que j’appelle la chorégraphie du deuil, avec des gestes, des mots et des préparatifs, elle (ma mère) m’a aidée à faire le deuil avec elle, pour que je n’aie plus à le faire après.”
Noëlle Châtelet.
La Dernière Leçon et Suite à la Dernière Leçon (Points Seuil)
(Extrait d’une interview dans le Journal “Le 1” 4/11/15)

Avec les êtres aimés il n’y a plus de paroles,
Mais ce n’est pas du silence”
René Char


et a aussi été cité, sur la question de l'euthanasie :
Hans Küng : La mort heureuse, Editions du Seuil