Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Vie du livre
La tabelle sur les livres français? Assez de mensonges ! #mars 2005

Par Philippe GOFFE

Mauvaise affaire pour les amateurs de voyages ! Les guides Lonely Planet, dont la réputation n'est plus à faire, voient leurs prix augmenter de plus de 10 %. Décision de l'éditeur ? Non, car ce surcoût ne concerne que la Belgique. Auparavant diffusés chez nous par le diffuseur indépendant Altera, et vendus au même prix qu'en France, les guides Lonely Planet sont tombés dans l'escarcelle du groupe français Interforum (ex-Vivendi, dont on se souvient des turbulences créées dans le secteur de l'édition par sa politique aventureuse). Et Interforum a une filiale en Belgique, qui pratique activement la « tabelle », mesure destinée anciennement à compenser les frais de douane et les taux de change fluctuants. Actuellement cette surtaxe est toujours imposée au consommateur sous prétexte de services rendus et de défense de l'emploi. Mais en la matière, où est le supplément de service, et en quoi l'emploi est-il mieux défendu par une société qui surtaxe que par une société qui ne le fait pas ?

Non, la vérité est même plus équivoque. Car le produit de cette tabelle va le plus souvent directement chez le diffuseur français, qui augmente sa marge d'autant, et qui, on peut toujours rêver, en profite pour augmenter son volume d'emploi. en France !

Certes, le mot « tabelle » n'est plus de mise dans les discours officiels, de même qu'on ne parle plus de sourds ni d'aveugles au pays des malentendants et autres malvoyants. La tabelle, en tant qu'entente au sein d'un secteur économique, n'est plus légale depuis la fin des années 80. Mais elle n'a pas disparu, puisque dans les faits, la moitié des livres français vendus en Belgique la subissent encore. Ce sont les libraires indépendants qui en réclament l'abolition depuis plus de dix ans, et qui, les premiers, l'ont abolie dès l'introduction de l'euro en 2002, sur les livres qu'ils importent directement (Le Seuil, Actes Sud, Flammarion, Gallimard.).

L'autre vérité serait plus proche de ce qu'avance l'autre grand groupe français installé en Belgique, Hachette (et sa filiale Dilibel). Pour que leurs produits de grande diffusion soient présents en grande distribution et dans les tout petits points de vente, il faut une structure locale de distribution, et cela a un coût. On notera néanmoins la subtilité : pour que les grandes surfaces disposent de best-sellers vendus (parfois) avec discount, on augmente d'abord le prix facial ! Quant aux « petits » libraires, il existe d'autres moyens pour les approvisionner sans pénaliser l'ensemble des consommateurs, c'est ce que vient de décider le groupe Volumen/La Martinière : anciennement distribué par Interforum (et donc « tabellisé »), il est accessible, soit en direct en France, soit chez un grossiste belge, avec des frais d'approche de 2%. Les consommateurs peuvent donc bénéficier du prix français.

Les amateurs de voyages peuvent ainsi se consoler : à défaut de se procurer des guides surtaxés, ils peuvent enfin voyager sur « La terre vue du ciel », best-seller des éditions de La Martinière (Volumen), au prix de 44,21 euros au lieu de 49,76 euros !

"Volumen supprime la tabelle en Belgique"

Par Jean-Claude VANTROYEN
Source : LE SOIR 2 mars 2005

Prenez un livre français en librairie en Belgique : le prix imprimé sur la couverture arrière est, dans la grande majorité des cas, surchargé d'une étiquette montrant un prix légèrement supérieur. Un exemple : le « Da Vinci Code » de Dan Brown est affiché 22 euros sur le livre (c'est le prix unique français), et 24,70 euros sur l'étiquette apposée par le distributeur.

Cette différence, c'est ce qu'on a appelé la tabelle. Et le groupe La Martinière a décidé de supprimer ce surcoût sur le prix de ses livres exportés en Belgique par son diffuseur Volumen. Or, Volumen, c'est La Martinière, mais aussi Le Seuil, L'Olivier, Bourgois, L'Ecole des loisirs...
"Nous souhaitons homogénéiser notre diffusion en Belgique", a expliqué Dominique Maillotte, PDG de Volumen, à « Livres Hebdo ». Tous les livres du groupe seront désormais vendus au même prix qu'en France. Une nouvelle effective depuis ce mardi 1er mars. Ce qui tombe bien, avec l'ouverture de la Foire du livre de Bruxelles.

Mais tout cela ne masque, en fin de compte, qu'une homogénéisation de la politique des prix du groupe en Belgique. Hier, Volumen distribuait aux grandes librairies au prix français et, via le distributeur local Caravelle, à un prix tabellisé ; aujourd'hui, pour éviter cette situation disparate, tout est sans tabelle.
La tabelle, ça n'existe plus, rétorque Bernard Laduron, administrateur délégué d'Interforum Bénélux, gros distributeur de livres en Belgique. La tabelle, c'était un coefficient qu'on appliquait sur tous les livres. Terminé. Aujourd'hui, les distributeurs examinent le marché. Moi, j'applique un surcoût de 0 à 15 , selon le marché, selon les livres.
Chez Dilibel, l'autre grand distributeur belge (à eux deux, ils font quasi 50 % de la distribution en Belgique), on pratique une tabelle : Pour la BD française, c'est quasiment le prix français, explique le directeur, Jacques Patry. Pour le reste, c'est variable : de 11 à 12 . Pourquoi ? L'essentiel des clients de Volumen, c'est la librairie de haut niveau, précise Jacques Patry. Dilibel, lui, distribue dans un réseau de vente de grande distribution et de distribution locale. Pour vendre dans tous les points de vente, même locaux, il faut une structure locale. Et cette structure locale possède un coût. Voilà la tabelle.
Et le prix unique du livre ? C'est encore autre chose. La Chambre l'avait voté sous la précédente législature. Depuis, le Sénat l'examine. Enfin, c'est ce qu'il devrait faire. Mais, en fait, le dossier reste en rade. Et Ecolo s'en plaint amèrement.

 
La librairie, fenêtre sur le monde #mai 2006

Juin 2006, ce sera le premier anniversaire de l'assassinat de Samir Kassir, éditorialiste au principal quotidien de langue arabe de Beyrouth, An-Nahar .



En décembre dernier, c'était le rédacteur en chef de ce journal, Gebrane Tuéni, qui était victime d'un attentat similaire.
Ces meurtres s'inscrivent dans la longue série d'assassinats perpétrés contre des figures emblématiques de la scène libanaise, notamment depuis celui qui a coûté la vie à l'ancien premier ministre, Rafic Hariri, le 14 février 2005.
Au centre de la capitale libanaise, en bordure de la Place des Martyrs, et en bas de l'immeuble occupé par le journal An-Nahar , une librairie s'est ouverte il y a trois ans, El Bourj. Créée par les propriétaires du quotidien, et dirigée par Michel Choueiri, elle s'est inscrite comme un haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle de Beyrouth. Elle incarne également la présence forte de la langue française et des cultures francophones au Liban. A cet égard elle n'est pas la seule d'ailleurs, et elle s'insère dans un réseau de libraires qui a survécu aux 15 ans de guerre et aux difficiles conditions économiques et politiques dans lesquelles évolue le pays.
Le quotidien An-Nahar occupe une position phare dans la vie politique libanaise.Ce n'est pas un hasard si ses deux figures de proue ont été assassinées. Les assassins savent ce qu'ils font : comme toujours dans ces cas-là, comme ce fut le cas en Algérie durant les années de plomb, ou au Liban aujourd'hui, ce sont des figures de liberté qu'on veut faire disparaître. Terroriser et empêcher de penser. On tue donc les intellectuels et les faiseurs d'opinion.

Samir Kassir était l'un de ceux-là. Historien et journaliste, professeur à l'Institut des Sciences politiques de l'Université Saint-Joseph, il a publié plusieurs ouvrages qui ont fait date, une histoire de « La guerre du Liban » (Karthala), une « Histoire de Beyrouth » (Fayard), et quelques mois avant sa mort, un formidable petit livre constitué de « Considérations sur le malheur arabe » (Actes Sud). Il s'y interroge sur la difficulté d'être arabe aujourd'hui, dans une partie du monde qui a toujours été dominée, longtemps par les Ottomans, puis par les Européens, et aujourd'hui par des régimes peu ou pas démocratiques enserrés dans l'étau d'enjeux géostratégiques insupportables : la "question de Palestine" et la guerre en Irak, pour ne citer que ceux-là. Et pourtant le monde arabe n'a pas toujours été à la traîne de l'Histoire. Samir Kassir revient longuement sur la Nahda, ce mouvement de Renaissance que le monde arabe avait entrepris, notamment au contact de l'Autre, principalement Européen, et qui s'est perdu dans l'arabisme politique du siècle dernier.

Les Editions Actes Sud viennent de publier un livre posthume de Samir Kassir, consacré au « Liban : un printemps inachevé ». L'ouvrage reprend une vingtaine d'articles et d'éditoriaux consacrés à ce qu'on appelle maintenant « L'Intifada de l'indépendance », ce mouvement, aujourd'hui en partie entravé, qui défend l'idée d'un pays libre et démocratique.

Il y a donc des pays où l'on risque sa vie en écrivant et en diffusant ses idées. Face à l'obcurantisme, les journaux indépendants, comme les librairies, sont des îlots de liberté.

Philippe Goffe

 
Un article du Journal du mardi #février 2006

Journal du mardi, 24/1/2006

" Bientôt la Foire du Livre. Bon moment pour jeter un oil sur l'envers du décor. L'enfer? Cela y ressemble. Le monde du livre est exsangue. De 38.000 livres publiés par an en 1990, on est passé à 65.000 titres quinze ans plus tard. Moins on lit, plus on publie. Moins on vend, plus on imprime ? (Marc Varence)

Du 15 au 19 février prochain, un peu plus de 70.000 visiteurs déambuleront dans les travées de la Foire du Livre de Bruxelles, ayant élu domicile à Tour & Taxis. Pendant une semaine, la littérature sera mise à l'honneur, les fans feront le pied de grue pour apercevoir le célèbre minois d'Amélie Nothomb, qui sortira pour l'occasion l'un de ses chapeaux fabriqués par le non moins célèbre Elvis Pompilio. Tout le monde y sera beau, tout le monde y sera gentil. Et pourtant, le monde du livre est exsangue. Autrefois régie par de vrais éditeurs passionnés, l'édition vit aujourd'hui sous la tutelle d'hommes d'affaires sans scrupules, ultra-puissants, qui considèrent le livre comme un produit, au même titre qu'un barril de lessive ou qu'un nouveau dentifrice.

De 38.000 livres publiés par an en 1990, on est passé à 65.000 titres quinze ans plus tard. Moins on lit, plus on publie. Moins on vend, plus on imprime. Des succès tels que le Code Da Vinci ou la série des Harry Potter, vendus à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires avant même leur sortie sur les tables des libraires, sont les arbres cachant la forêt de « bouillons » passés au pilon moins de deux mois après fabrication. Le tirage moyen des livres a fondu. Il faut donc produire davantage, encore et encore, pour compenser cette chute des ventes par un afflux massif de nouveautés, bonnes ou mauvaises, de manière à conserver un chiffre d'affaires honorable.

J'Hachette tout c'qui bouge

Le Groupe Hachette est un monstre. Il possède en son nom tous les rouages, tous les maillons de la chaîne du livre, mais aussi de la presse. Sur près de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires net réalisé par l'édition en France au cours de l'année écoulée, Hachette Livre en réalise la moitié à lui seul ! Hachette, c'est entre autres Fayard, Grasset, Stock, Calmann-Lévy, Lattès, Harlequin, Mille et Une nuits, Pauvert, Marabout, Livre de poche, Hatier, Larousse, Guides du routard,. Sans oublier son réseau de librairies Relay, Virgin et autres Furet du Nord toujours idéalement situées, ni ses magazines tels que Paris-Match, Ici Paris, ni son réseau de distribution ( les NMPP en France, les AMP en Belgique ), et cetera, et cetera. la liste est loin d'être exhaustive et a furieusement tendance à se gonfler de jour en jour.

Hachette Livre appartient en fait au groupe Lagardère, grand pourvoyeur d'armes et de missiles dans le monde. Comme quoi, on peut aussi bien vendre des engins de mort que des livres pour enfants. Et cela sans le moindre complexe.

« On est dans la tempête »

Son « dauphin-requin », Editis, n'est pas en reste, avec « seulement » près de 750 millions d'euros de chiffre d'affaires. Ce groupe possède les marques Perrin, Plon, Belfond, Robert Laffont, Nil, Seghers, Julliard, Pocket, 10/18, Bordas, Nathan, Fleuve noir, Le Cherche Midi ( acheté récemment ), et quelques autres.

Une fois les lions, lionnes et lionceaux gavés et repus, viennent ensuite les seconds couteaux, au nombre de quatre : Flammarion ( racheté par un groupe de presse italien ), Albin Michel, Gallimard et Le Seuil ( repris par La Martinière ). Ces quatre fauves de petite taille atteignent tout de même des chiffres d'affaires dépassant les 200 millions d'euros. La vie n'est pas rose pour autant. Et ce n'est pas moi qui le dit. Antoine Gallimard, grand patron d'une maison fondée par son grand-père, réputée être le coffre-fort de la littérature française le clame haut et fort dans une interview accordée à l'un des grands quotidiens hexagonaux : « Aujourd'hui, je me sens plutôt seul. Dans la catégorie des maisons familiales d'une certaine taille, restent Albin Michel et moi. Et Albin Michel est dans le sillage d'Hachette, à travers sa distribution et son association au Livre de poche. Aujourd'hui, les bateaux ne régatent plus suivant les mêmes règles, pardon pour l'image nautique. Depuis que Charles-Henri Flammarion a vendu, qu'il y a eu l'affaire Hachette-Editis*, que les familles Bardet-Flamand ont vendu le Seuil, tout est agité. Et ce n'est pas fini. On est dans la tempête. »

Et les petits dans tout ça ?

Autour de ces six géants gravitent des centaines de structures éditoriales, appelées « petits éditeurs », « micro-éditeurs », ou « éditeurs indépendants ». Certains vivent de leur activité, plutôt mal que bien, d'autres gagnent leur pain ailleurs et publient un, deux, voire trois livres par an. Certaines de ces maisons finissent par acquérir un certain savoir-faire, une certaine notoriété, une ligne de conduite. Mais tous les éditeurs n'appartenant pas aux six mastodontes sont confrontés aux mêmes difficultés. Dans le secteur de la petite édition, les faillites sont légion, tout comme les créations nouvelles, attirées peut-être par les facilités d'impression qu'offre de nos jours le numérique.

L'impression est une chose, la distribution en est une autre. Et c'est souvent là que le bât blesse, car les grandes plates-formes de diffusion directement liées aux grands groupes ne voient pas d'un très bon oil ces myriades de mouchettes virevolter autour d'elles. Elles font donc en sorte de leur interdire l'accès aux tables stratégiques des libraires. Et cette interdiction ne se limite d'ailleurs pas aux petits. Antoine Gallimard le rappelle : « J'ai du mal à vendre mes guides de voyage, qui sont en concurrence avec le Guide du routard ( publiés par Hachette ) dans les Relay. Des séries comme les Folio, je n'arrive pas à les vendre non plus.»

Qui blâmer ? Vous, lectrices et lecteurs, coupables d'acheter les yeux fermés de mauvais livres écrits à la hâte pour surfer sur l'actualité, coupables de croire que Loana ait pu écrire son livre elle-même, sans avoir eu recours à un nègre, coupables de n'apercevoir que la partie émergée de l'iceberg, coupables de ne pas avoir défendu notre Tintin national, devenu italien, coupables de ne pas acheter de livres d'auteurs inconnus, nonobstant excellents, coupables de. je vais m'arrêter là. Non ! Non, vous n'avez strictement rien à vous reprocher.

Du côté des libraires

Il faudrait être fou pour ouvrir aujourd'hui une librairie. une vraie librairie, qui ne vend que des livres et qui se passerait des deniers de la loterie, des cigarettes et des magazines et journaux. Les libraires de ce type sont au nombre d'une petite quarantaine en Belgique et survivent de plus en plus difficilement du fait de l'explosion du nombre de nouveautés et des prix pratiqués dans la grande distribution. En Belgique, à la différence de la France, le prix unique du livre n'existe pas, ce qui rend les marges lilliputiennes. D'autre part, comment continuer une politique de conseil, de connaissance et de sérieux, devant l'amoncellement de caisses déposées à l'entrée du magasin par le transporteur bleu toujours pressé de livrer le client suivant ? Le libraire est dépassé. Sur son lit de mort, le valeureux libraire épuisé et souffrant du dos à force de soulever les caisses de livres ( rien n'est plus lourd qu'un livre ! Rappellez-vous votre dernier déménagement ), refusera que son fils ou sa fille prenne sa suite au comptoir. La librairie finira épicerie, boutique de fringues, ou laverie automatique.

Pivot est mort. Vive Pivot !

Il y eut « Apostrophes » ( les anciens s'en souviennent ), « Bouillon de culture », et « Double Je ». Et arriva ce qui devait un jour arriver : Bernard Pivot s'en alla. PPDA et maintenant Guillaume Durand tentèrent de lui succéder. En vain. Aujourd'hui, pour vendre un bouquin, faut en rigoler chez Ardisson, Ruquier, Bern ou Fogiel. C'est dans l'air du temps. Un écrivain célèbre est traité comme une star éphémère du foot-spectacle. Un groupe éditorial peut le racheter à un autre, tel Houellebecq payé plus d'un million d'euros avant même d'avoir écrit une ligne !

En Belgique, l'émission « Mille-feuilles » ( le dimanche à 21h30 sur la Deux ) se veut une émission littéraire de qualité, originale dans sa conception. Les sujets y sont traités de manière intéressante, captivante voire agréable à suivre. Une émission littéraire ne doit, ne peut être rébarbative, faute de quoi elle sera d'abord placée dans la tranche-horaire 23h30-01h00, avant de disparaître définitivement. Produire une telle émission en Belgique demeure une gageure. Dommage.

Retour vers le futur

A l'instar de la chanson et du cinéma, l'avenir sera marqué du sceau des rééditions et du vieillissement de nos stars actuelles. La publicité fera progressivement son apparition sous la forme de cahiers de 16 pages en papier glacé, insérés au milieu des grands best-sellers annoncés. L'emplacement sur une table d'un libraire sera payante, un peu à l'image des têtes de gondole dans les rayons de votre hypermarché. Albin Michel sera mangé par Hachette, tout comme Gallimard dont la réussite actuelle dépend en grande partie d'un jeune sorcier. Les « lofteurs » et autres « staracadémyciens » de 16 et 17 ans s'improviseront écrivains et rédigeront leurs mémoires. La plupart des grands coups commerciaux seront réalisés par des auteurs anglais ou américains, traduits en français. Et tout le monde aura oublié que les Grasset, Casterman, Belfond, Lattès, Denoël, Albin Michel, Gallimard et Flammarion furent jadis des personnes. "

 
<< Début < Précédent 11 12 13 14 15 16 17 18 Suivant > Fin >>

Page 15 sur 18

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture