Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Vie du livre
L'emploi en librairie et dans l'édition en France

'édition et la librairie emploient au moins 50000 salariés

Publié le 02 avril 2013 par hh

(Photo : la CGT est majoritaire dans la librairie, la CFDT dans l'édition)

Les mesures d’audience syndicale permettent d’estimer le nombre de salariés travaillant dans les deux branches.

L’édition compte 14 115 salariés, tandis que la librairie en rassemble 35 514, selon les chiffres réunis par le Haut Conseil du dialogue social (et produits par le ministère du Travail) pour la mesure d’audience syndicale annoncée le 29 mars dernier.

Les deux branches rassemblent au total près de 50 000 salariés, chiffre estimé selon le critère de l’application des conventions collectives, qui comprend donc aussi les centres de distribution de l’édition, lesquels l’observe sur une base volontaire. En revanche, les libraires de Cultura, la Fnac, Virgin, des Espaces Culturels, mais aussi de la grande distribution, ne sont pas comptabilisés dans ces effectifs, leurs employeurs relevant d’une autre convention.

En revanche, ceux des plus petites maisons d’édition ou des librairies, composées essentiellement de très petites entreprises, s’y trouvent bien depuis la prise en compte de ces entités dans un scrutin par correspondance qui leur était spécialement destiné.

Selon le Syndicat de la librairie française (SLF), la population salariée de la branche serait cependant plus proche de 15 000 personnes. Une partie de la différence s'expliquerait par la prise en compte des salariés des maisons de la presse dans les statistiques du ministère. De son côté, le Syndicat national de l'édition ne voit pas d'incohérence avec ses propres estimations, bien qu'elles produisent aussi un résultat inférieur (environ 10 000 salariés), mais sur une méthode de calcul différente.

Avec 41 % des suffrages exprimés, la CFDT est majoritaire dans l’édition, où le taux de participation aux élections professionnelles a atteint 52,2 % (contre 42,8 % pour l’ensemble des branches). La CGT est à 22,7 %, FO à 11,4 %, la CGC à 10 %. En deçà du seuil de représentativité, on trouve la CFTC (4,2 %), Solidaires (2,2 %) et l’Unsa (1,7 %).

Dans la librairie, où le taux de participation n’est que de 26 % en raison de l’absence d’élections organisées à l’intérieur des très petites entreprises, la CGT est arrivée en tête avec 27,2 % des voix, devant la CFDT (24,8 %), la CFTC (19,7 %) et FO (10,5 %). La CGC (6,2 %), l’Unsa (4 %) et Solidaires (2,9 %) demeurent en deçà du seuil de représentativité.

Notons que pour obtenir l'effectif total de ces branches, il faudrait ajouter les gérants des entreprises, particulièrement nombreux en raison du grand nombre de petites entités aussi bien dans l’édition que la librairie.

 
En France, un plan de soutien en faveur de la librairie


19 mars 2013
Communiqué du Syndicat de la librairie française
POUR UN PLAN DE SOUTIEN EN FAVEUR DE LA LIBRAIRIE

La France a la chance de compter sur son territoire l’un des réseaux de librairies les plus denses au monde. Ce réseau est un formidable atout pour une création éditoriale riche et plurielle et pour l’accès du public au livre.
En misant sur la diversité de l’offre, la proximité avec les lecteurs, un personnel plus nombreux et plus qualifié et l’ancrage dans un territoire, les libraires résistent mieux à la crise que les autres circuits physiques de vente de livres. Néanmoins, leur situation économique, structurellement plus vulnérable, se dégrade au point de menacer des pans entiers de ce réseau et, de ce fait, de nombreux éditeurs et auteurs.
A l’occasion de la campagne pour l’élection présidentielle, le Syndicat de la librairie française a défendu la mise en place d’un plan d’action en faveur des librairies. Le Président de la République et la ministre de la Culture et de la Communication se sont montrés très sensibles à ce sujet et ont accueilli favorablement un tel principe.

Grâce à plusieurs rapports et groupes de travail lancés par Aurélie Filippetti dès sa prise de fonctions, le Gouvernement dispose aujourd’hui de l’ensemble des éléments lui permettant de proposer au Parlement un plan de soutien en faveur des librairies. Le SLF souhaite que le Salon du livre, inauguré par le président de la République, soit l’occasion de concrétiser ces engagements par l’annonce d’un plan en faveur des librairies. Il se réjouit que le Syndicat national de l’édition ait exprimé la même attente.
Les objectifs majeurs de ce plan, qui rejoignent les priorités exposées par la ministre de la Culture et de la Communication, seraient, aux yeux du SLF, les suivants :

o Améliorer l’économie des librairies en leur apportant deux points de rentabilité supplémentaires grâce à un fonds de soutien et de développement ne pesant ni sur le consommateur ni sur les finances publiques ou bien en instaurant un respect strict par l’ensemble des
détaillants des prix fixés par les éditeurs, sans possibilité de rabais, ceux-ci ôtant aujourd’hui aux libraires une part essentielle de leurs marges. Cet objectif doit être complété par des mesures visant à soutenir la trésorerie des librairies et à faciliter leur accès aux marchés publics ;

o Lutter contre la concurrence déloyale qu’exercent les multinationales d’Internet, Amazon en tête, en pratiquant la gratuité des frais de port, synonyme de vente à perte, et en échappant à l’impôt en France ;

o Assurer le strict respect des lois sur le prix unique du livre papier et numérique, notamment sur Internet, grâce à la mise en place d’un médiateur du livre.

Le marché du livre est le plus important parmi les marchés culturels. Il est également le moins soutenu financièrement. De nombreuses années après son émergence, le livre numérique représente à peine 1% de ce marché et, même si cette part est appelée à croître, il ne peut être envisagé comme un produit de substitution au papier.
Pour défendre le livre, la création, l’édition et les lecteurs, il est plus que jamais urgent de s’engager aux côtés des libraires.
Contact presse : Guillaume Husson (01 53 62 23 10 ; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Hôtel de Massa – 38 rue du Faubourg Saint Jacques 75014 Paris – Tél. 01 53 62 23 10 – Fax 01 53 62 10 45
www.syndicat-librairie.fr

 
L'IDPF déploie l'avenir technologique de l'édition numérique

L'IDPF déploie l'avenir technologique de l'édition numérique

Publié le 25 mars 2013 par hh

La première conférence en France du consortium définissant la norme du livre numérique a dressé l'état de l'art actuel et évoqué les possibilités de production future en édition électronique.

Résolument technique, la conférence de l'International digital publishing forum (IDPF) a réuni environ 170 personnes le 25 mars au Salon du livre, à l'initiative de Pierre Danet, directeur innovation et technologie du groupe Hachette, et organisateur de la journée au titre de ses fonctions d'administrateur de l'IDPF.

Il a été beaucoup question d'html5, présenté par Robin Berjon (consultant W3C) et d'ePub3, présenté par Daniel Weck (consultant Daisy) les deux formats permettant la réalisation de livres numériques à la mise en page plus riche que du simple texte, lequel représente encore l'essentiel de la production en ebooks. Les deux normes sont proches, mais la première est plus universelle en ce sens qu'elle est issue de l'univers du web, et définie par le consortium qui le pilote, le W3C.

Même si l'IDPF reste sur sa mission de promotion et de définition de l'ePub3, il n'y a aucune rivalité entre les deux organisations, dont les représentants respectifs encouragent la coopération et les échanges. Au-delà de la définition des normes, l'IDPF s'efforce aussi d'expliquer la nécessité de ces développements et de leur évolution rapide, qui peut dérouter un monde du livre peu habitué à un rythme d'innovation aussi soutenu. « Mais si on ne bouge pas, on meurt » a soutenu Bill McCoy, directeur de l'IDPF.

La norme ePub2 s'est tout juste généralisée sur les applications et terminaux de lecture que sa troisième version est sortie. Même si elle parfaitement adaptée aux tablettes tactiles, elle peine toutefois à s'imposer, en raison de lacunes dans les développements de l'aval de la chaîne : il manque de systèmes de lecture, et une solution de protection des contenus, Adobe ayant stoppé la mise à niveau de sa DRM, jugée peu rentable par rapport à ses autres projets.

C'est précisément pour fournir les outils nécessaires à ces développements que le consortium Readium s'est créé à partir d'un projet issu de l'IDPF. Il devrait fournir ses premiers résultats dans le courant de l'été. Nombre de fournisseurs de services et d'éditeurs numériques voient en effet s'ouvrir la totalité du marché du livre avec l'ePub3, qui permettra de traiter tous les types d'ouvrages, y compris ceux dont la mise en page plus élaborée résistait jusqu'à maintenant à ces nouveaux supports.

L'importance de l'organisation des contenus en bases de données

Cette conférence a aussi été l'occasion de présenter les «bonnes pratiques » du livre numérique, à base d'automatisation du traitement des contenus, à condition qu'ils soient structurés dès le départ en langage xml, ce qu'Hachette Livre a entrepris dès 2001 a expliqué Luc Audrain, responsable support à la numérisation du groupe. Hachette est aujourd'hui le groupe qui propose la part la plus importante de son fonds en version numérique, soit environ 16 000 références.

La bonne gestion des métadonnées, qui était déjà importante dans le papier, est devenue primordiale dans le numérique a insisté Mark Bide, directeur exécutif d'EDItEUR, le groupement qui les définit pour le livre. Bill Kasdorf, vice-président d'Apex Covantage, une société de service spécialisée dans la numérisation de grands fonds documentaires, a pour sa part souligné l'importance de l'organisation des contenus en bases de données.

Une demi-douzaine d'entreprises ont également présenté divers services de conception de livres numériques, proposant soit des systèmes de conversion à partir du papier ou des pdf correspondant (Aquafadas, Archicol, Gutenberg Technologies, IGS/Néolibris, Publiwide), ou d'applications de lecture avec de l'interactivité (4DConcept), et des possibilités inédites : celle que développe Actialuna permet de passer immédiatement du texte d'origine à sa traduction, ou inversement.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 18

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture