Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Lire avec Graffiti
Troisièmes noces, de Tom Lanoye

Tom LanoyeComme à la pêche aux canards, il faut bien sortir du lot un premier roman des 607 de cette rentrée littéraire.
Celui de Tom Lanoye piaffe, agite ses bras comme un enfant, demande qu’on le choisisse et saute tout seul hors de la boîte. Doit-on encore présenter le (vieil) enfant terrible de la littérature  flamande qui écrit très haut, et très fort, ce que d’aucuns n’osent même pas penser tout bas ? Il s’empare de nos peurs de la décrépitude du corps, de l’affliction de l’âme, de l’étroitesse ou de la vanité absolue de nos vies…  Des sujets qu’il traite à la manière d’un Francis bacon, déformant l’image et le trait, pour mettre au jour les ratés du destin et les folies des hommes. «La langue de ma mère» ou «aMamma Medea» l’ont hissé au sommet, et depuis, il  ne quitte plus l’affiche. Car Tom Lanoye est notre Aristophane, il tutoie joyeusement les dieux qui assaisonnent au vinaigre des existences qu’on aimerait baignées de miel. Ce qui nous rend muet, le rend bavard, ce qui nous tétanise, lui donne l’énergie d’un lanceur de disque funky.
Il y a du Philip Roth et du Rabelais chez ce gantois zoulou (il vit la moitié du temps en Afrique du sud) qui aborde avec une belle santé, les sujets «difficiles» de la maladie, de la  mort, du sexe tarifé, de la haine de soi et des autres. Son style tient du bagout de camelot qui vous attrape au marché, et vous vend un gadget dont vous n’avez nul besoin, uniquement parce qu’il a su vous surprendre, mêler l’humour, la drague et le talent.  Ainsi fait Tom Lanoye, qui vampe son lecteur, liant  dans une même phrase le tragique au rire énorme, le désespoir à la tendresse, les lettres aux arts ménagers. Sous le masque de la vulgarité se cache  la beauté vraie, et l’amertume chez lui n’est tolérable que si elle se moque d’elle-même.
Accrochez vos ceintures, lire cet auteur, c’est accepter ce  mélange deux temps, pétaradant, iconoclaste mais fraternel qui fustige le préjugé, l’hypocrisie et le conformisme. Jusque, et y compris, chez soi et parmi les siens. Si vous êtes comme lui, embarquez dans «Troisièmes noces» (La Différence), roulez jeunesse et accrochez vos ceintures.

Dès la  première ligne, à n’en pas douter, nous sommes en Belgique, «il est dix heures du matin et la lumière est moche». Dans un café ostendais, nonlanoye troisimes noces loin des  masques d’Ensor, quelqu’un achète un nègre pour se marier en blanc avec une africaine. Maarten, notoirement homosexuel, chômeur de longue durée  et sidéen, reçoit une coquette somme pour jouer les époux. Dix ans plus tôt, il vivait en couple avec une vraie chochotte, dont il ne reste que des théières kitsch, du mobilier art déco, un fond de remords et un peignoir chinois. Gaëtan est mort le premier, après des années de hargne conjugale. Veuf aigri, mis hors jeu du cinéma belge pour des compétences obsolètes et plus chères que le plan rosetta, Maarten passe son temps à visionner un  documentaire sur les lévriers de course et à retarder le moment où il explosera, enfin, à coups de marteau les dauphins de mauvais goût de sa salle de  bain. Cela remplit sa vie, jusqu’à l’arrivée d’une Tamara à la peau d’ébène, finaude, pas potiche du tout, et suffisamment néerlandophone pour lui tenir la  dragée haute. avec dans ses valises de démunie, une générosité et une compassion pour nos propres misères. Une oralité truculente sans besoin de  chausse-pied, Tom Lanoye case dans ce roman explosif, tous les problèmes de nos sociétés, le déclassement social, l’immigration dramatique, la faillite de l’intégration, le délitement des familles, la solitude absurde, et nos maladresses pour y remédier.
Dans un soliloque vertigineux, à l’oralité  truculente, qui pousse le lyrisme jusque, et surtout, dans les sujets les plus scabreux, voire carrément pornographiques, «Troisièmes noces» met le  doigt, si j’ose dire, là où cela fait mal. Avec une liberté désinvolte, un phrasé et une inventivité qui empruntent aussi bien au flamand qu’à l’anglais ou au  français, merveilleusement rendu par la brillante traduction d’Alain Van Crugten. La redoutable efficacité de dialoguiste et de cadreur de Tom Lanoye, est  doublée d’un art consommé de la digression, et du détail qui fustige, désarçonne et séduit. La poésie et l’émotion surgissent là où précisément on ne les attend pas. D’autant moins que le ton, de bout en bout, est celui d’une colère aigre mais jubilatoire, prête à exploser, comme une fusée éclairante. 

Cette chronique de Sophie Creuz a été publiée dans l'Echo du samedi 23 août 2014.

 
La fabrication de l'aube, de Jean-François Beauchemin

beauchemin fabrication aubeBeauchemin, nom prédestiné pour celui qui a frôlé la mort et revient ragaillardi parmi les vivants. L’auteur québécois, auteur du très remarquable « Le Jour des Corneilles »( Libretto) compose une ode à la vie, dans l’émerveillement de ce qu’elle a de meilleur à donner : la beauté d’un ciel et la chaleur de la fraternité. Ce petit livre, salue le rire salvateur, ressuscite les souvenirs d’enfance, s’approche avec pudeur d’un père, de l’amour d’une femme, d’une sœur, et rend grâce à l’existence ; à tous ces gestes, ces mots qui l’ont sauvé. Evitant la mièvrerie autant que l’affèterie, se tenant à l’écart de la spiritualité autant que de la sagesse de bazar, Jean-Christophe Beauchemin, d’une la plume claire, belle, aux images heureuses, dit simplement merci à la vie. Et à son chien, dont l’œil humide autant que sa truffe, ne l’a jamais abandonné.

Jean-François Beauchemin : La fabrication de l'aube, Phébus, coll. Libretto, 112p, 6,70 €

 
Ici, de Christine Van Acker

ici van ackerNon ce n’est pas du Geluck, mais du Van Acker, Ici étant l’improbable lieu-dit gaumais, où elle vit avec sa famille. Jadis à la campagne, écrit-elle, on se tuait à la tâche, aujourd’hui on y crève d’ennui. C’est pourtant là, que Christine Van Acker est partie vivre pour le plus grand plaisir des lecteurs de ses chroniques. Les a-t-elle écrites au cours des longues, trop longues soirées d’hiver ? Son œil de pie chaparde les saynètes de la vie d’un village déserté, que la civilisation n’atteint plus. Commerces de proximités fermés, bouffés par le zoning artisanal, jeunes sans emploi, font aussi partie du décor champêtre. Sans angélisme, mais avec beaucoup d’humour, l’auteur épingle d’un verbe vif, les us et coutumes des citadins en week-end, celles des gens du cru, et la cohabitation prudente, incrédule, qu’ils exercent avec les rats des villes reconvertis en rats des champs. Et elle ironise, avec un rien de cynisme, sur l’évolution de nos sociétés, qui asphyxie ses campagnes, supprime les gares, les bus, déplace les entreprises, mais multiplie les projets pour « renforcer les liens sociaux et intergénérationnels dans un souci de cohésion sociale »…

Christine Van Acker : Ici, Le Dilettante, 2014, 160p, 15€

 
Journal de Maïdan, d'Andreï Kourkov

/journal-de-maidan-kourkov.C'est un éclairage précieux sur la crise ukrainienne que livre ici Andreï Kourkov, l'auteur du célèbre Pingouin. Chaque jour depuis plus de six mois, il s'est rendu sur le Maïdan, la place de Kiev où s'est concentrée la contestation au régime, et il a tenu un journal. C'est donc un témoignage "à chaud", dont l'intérêt tient à son actualité journalière, puisqu'au moment de sa rédaction on ne connaît pas la suite des événements, et encore moins leur issue. En accord avec son éditrice parisienne, Liana Levi, le texte de Kourkov était transmis quotidiennement à son traducteur français, ce qui explique qu'il ait pu être publié très vite, début mai.
 Si au début du livre, on voit les choses d'un oeil un peru distant, on voit lentement la situation se dramatiser, avec au final ce qu'il faut bien appeler un début de guerre civile. Ce Journal de Maïdan
présente cependant un autre intérêt. Kourkov, ainsi qu'il le dit, est "ethniquement russe", sa langue maternelle est le russe, et il écrit en russe. Il se sent pourtant profondément ukrainien, et son regard sur la Russie de Poutine est édifiant.
Une chronique passionnante et très informée.

Andreï Kourkov : Journal de Maïdan, traduit du russe par Paul Lequesne, Editions Liana Levi, Paris, 2014, 282p, 17€

 

 
Appels aux Européens, de Stefan Zweig

appelsauxeuropeenszweigPubliées à la veille de nos élections, ces conférences, écrites en 1934 pourraient l’avoir été aujourd’hui. La lucidité sur les dérives nationalistes, et le fragile équilibre de la paix est d’autant plus déchirante qu’on sait ce qu’il advint. Stefan Zweig appelait de ses vœux, à Rome et à Paris, à un sursaut de la raison sur les instincts belliqueux et revanchards. « Seul un rattachement étroit de tous les Etats à un ensemble supérieur pourra atténuer les difficultés économiques et réduire les risques de guerre » écrit celui qui croit que l’élite artistique et intellectuelle a un rôle majeur à jouer pour contrer « le funeste besoin de haïr qui couve toujours latent ». Et de plaider pour un parlement européen et une Société des Nations forte…L’écrivain polyglotte, illustre représentant de l’intelligentsia autrichienne, qui sera bientôt chassé par le nazisme, sait que l’idée européenne rassemble bien moins que les discours galvanisateurs de Mussolini, Hitler et Staline. « L’égoïsme sacré du nationalisme restera toujours plus accessible à la moyenne des individus que l’altruisme sacré du sentiment européen. » Dans sa préface, son traducteur Jacques De Rider, remet dans le contexte ces conférences reçues dans l’indifférence, et rappelle pour ceux qui l’aurait oublié, que désormais sans illusion et apatride, Stefan Zweig se suicida au Brésil en 1942.

Stefan Zweig : Appels aux Européens, traduit de l'allemand (Autriche) par Jacques Le rider, Editions Bartillat, 2014, 144p.

Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 8 sur 62