Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Lire avec Graffiti
Une méprise - Ruine, d'Alain Spiess

Alain Spiess a ce grand art de capter les conversations et d’imaginer aussitôt un univers. Ainsi commencent La méprise et Ruine, ses deux dernières parutions. Son oreille attentive donne à entendre les regrets, le temps qui fuit, les ratés de vies à l’abri du besoin. A l’abri vraiment ? En cinquante pages surprenantes, fines, pleines d’ironie et d’indulgence, La méprise brosse une vie de couple qui se délite mollement jusqu’à ce que des terroristes radicalisent les choses. En les simplifiant d’une certaine manière. Ruine est le dévidement d’un homme qui passe à table, des confidences saucées, avinées, inattendues. Au dessert il aura tout lâché à la consternation de son hôte.

Alain Spiess
Une méprise
Le Rocher

Alain Spiess
Ruine
L’arpenteur

 
Rapport sur moi - L'invité mystère, de Grégoire Bouiller

Grégoire Bouillier pratique l’autofiction avec détachement, humour noir et lucidité. Rapport sur moi sort en poche alors que L’invité mystère paraît aux belles éditions Allia. Rompant totalement avec le nombrilisme, il recense les ratés de son enfance et de sa vie d’adulte sans épanchement. Entre Le petit Nicolas et le Petit Chose . Cela tient de l’entomologie, il recense les fausses pistes, relève les chausses-trappes de la langue qui vous font prendre des vessies pour des lanternes. De courts chapitres hachés, télescopés et bouleversants pour le premier, de longues phrases dans le second pour raconter le malentendu d’une soirée organisée par Sophie Calle le jour de la mort de Michel Leiris. L’Odyssée d’une petite vie ordinaire et pourtant vertigineuse.

Grégoire Bouillier
Rapport sur moi
J’ai lu

Grégoire Bouillier
L’invité mystère
Allia

 
Comment j'ai vidé la maison de mes parents, de Lydia Flem

Deux ans après la mort de son père, la mère de Lydia Flem décède entraînant un flot de sentiments contradictoires entre soulagement et amertume, colère et tendresse pour cette mère qui d’un coup a cessé de lui faire des reproches pour accueillir la fin dans les bras de sa fille. Après, il faut vider la maison. « Jadis, écrit Lydia Flem, la mort était une expérience qui se vivait au sein d’une communauté, la religion et la coutume dictaient des gestes, soutenaient l’endeuillé mais aujourd’hui le deuil appartient au seul enclos de la vie privée. » Et ce mot, vider recouvre soudain un acte terrible qui renvoie au passé de ses parents qu’une solution finale a tenté de liquider. Sera-ce au tour de la fille de faire disparaître toute trace, ou lui incombe-t-il de tout garder, d’emmener chez elle la maison de sa mère ? Chacun se reconnaîtra dans ce récit où le cocasse dispute à l’émotion et l’envie de fuir le désir de tout conserver.

Lydia Flem
Comment j’ai vidé la maison de mes parents
Seuil

 
Lucy, de William Trevor

Une enfant, lucy, refuse de suivre ses parents lorsqu’ils décident de quitter l’Irlande. Elle disparaît et tout le monde la croit morte. jusqu’au jour où elle revient dans sa maison qui n’est plus habitée que par un couple de domestiques. Lucy vivra une vie d’orpheline, de mélancolie, se refusant le bonheur tout proche. Mais peut-être a-t’elle, en quelque sorte,voulu cette vie. Un roman émouvant et profond.

William Trevor
Lucy

 
Malavita, de Tonino Benacquista

Quand la famille Blake s’installe dans un village paisible de Normandie, qui peut se douter que les habitudes dans le vert boccage risquent de changer ? Car Fred Blake, derrière son faux air d’Américain moyen et sa propension nouvelle à l’écriture, est ce qu’on appelle dans le Milieu un « repenti », traître à la Cause, honni et recherché activement par ses amis d’hier qui lui veulent tout le mal du monde.
Il vaut mieux dans ce cas ne pas trop se faire remarquer et longer les murs quand on traverse le bourg. Mais hélas, on a beau chasser le naturel … on connaît la suite. Et ça ne va pas se passer comme ça … Benacquista nous revient avec sa verve et son humour habituels dans une histoire tonique, tragique et rebondissante à souhait !

Tonino Benacquista
Malavita
Gallimard

 
<< Début < Précédent 61 62 Suivant > Fin >>

Page 61 sur 62