Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques au rayon policier.

Policiers - SF
Verdict, de Justin Peacock

verdictUn nouvel auteur à découvrir aux dynamiques éditions Sonatine après l’étonnant R. J. Ellory (« Seul le silence », « Vendetta », « Les Anonymes »).

Dans ce premier roman, Justin Peacock met en scène un jeune avocat extrêmement talentueux qui voit sa carrière ruinée à la suite d’une affaire de drogue. Rétrogradé commis d’office, il passe ainsi du clinquant monde des affaires à celui de la pègre New-Yorkaise et ses petits règlements de comptes.

Un thriller judiciaire réussi qui nous plonge dans la procédure américaine mais pose également la question de l’engagement moral des magistrats.

Elu meilleur livre de l’année par le Washington Post et le Los Angeles Times

Justin Peacock : Verdict, traduit de l’anglais (États-Unis) par Fabrice Pointeau, Editions Sonatine, 2010

 
Champs d'ombres de Cornelia Read

champsdombresHonneur aux dames dans ce roman policier publié en 2007. Madeline Dare dont la famille appartient à la grande bourgeoisie WASP de la Nouvelle-Angleterre a épousé, par amour, un plouc de Syracuse. Lors d’un repas dans sa belle-famille, elle prend conscience que son cousin préféré pourrait bien être l’auteur d’un double assassinat perpétré quelques années plus tôt et dont le coupable n’a jamais été vraiment recherché.

Beaucoup d’humour dans ce roman où la narratrice se moque sans pitié de sa belle-famille et de la ville où elle se sent enterrée vivante mais également de ses parents ruinés et sans cœur. Véritable plaisir de lecture où l’on prend plaisir à retrouver ce petit monde dès que possible.

Cornelia Read a publié la suite des aventures de Madeline Dare avec toujours autant d’humour et de suspense dans « L’Ecole des dingues » toujours chez Actes sud.

Cornelia Read : Champs d'ombres, traduit de l'américain par Laurent Bury, Actes sud, 23.80€

 
Sarah mourait si bien

Sarah mourait si bienBasile Giudicelli est un jeune trentenaire insouciant, qui aime son métier, sa femme, son appartement et sa vie à Bruxelles. Le jour où sa cousine Jeanne est poignardée, son univers bascule et Basile plonge dans une grave dépression. Il demande alors l’aide du détective Ange Mattéi, qui séjourne pour la première fois en Belgique, dans le charmant quartier des étangs d’Ixelles. Mattéi comprend rapidement que le meurtre de Jeanne est lié à la tragédienne Sarah Bernhardt. Entre Edmond Rostand et Jacques Brel, Odéon et Mort Subite, Champagne et Duvel, Mattéi n’a que très peu de temps pour découvrir toute la vérité.
(notice de l’éditeur)
Le nouvel épisode de la série policière que Martine Cadière consacre à quelques femmes hors du commun.
Après George Sand et Joséphine Baker, Sarah Bernhardt.

Martine Cadière : Sarah mourait si bien, Editions Dricot, Liège, 2009.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 13

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !
captcha