Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature étrangère.

Littérature étrangère
La douleur porte un costume de plumes, de Max Porter

douleur-porte-un-costume-porterEntrant dans la maison du deuil, un corbeau prend, auprès du père et de ses deux jeunes enfants, la place de la mère disparue, de l’écoute et du jeu. Conte moderne inattendu, ce premier roman bouscule toutes les règles, celles du récit et celles du deuil. Drôle, bouleversant, poétique, prosaïque, sonore et calligramme, ce texte à dire à voix haute est puissamment vrai. Il repousse les limites du chagrin et du romanesque avec une vitalité et une tendresse irrésistibles.

Max Porter : La douleur porte un costume de plumes,roman traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Charles Recoursé, Seuil, 2016, 128p.

 

 

Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

et sa version numérique, ici

 
Le pique-nique des orphelins, de Louise Erdrich

le-pique-nique-des-orphelins-erdrichArgus, petite bourgade nord-américaine, est à l'oeuvre de Louise Erdrich ce que Macondo est à « Cent ans de solitude » de Garcia Marquez. Le creuset d'un univers fantastique, de personnages banals et étonnants. Publié une première fois en français en 1988 sous le titre « La branche cassée », le roman bénéficie d'une nouvelle traduction. Dans la veine de « La chorale des maîtres bouchers », cette fresque familiale emporte le lecteur à la suite de trois orphelins envoyés seuls par le train, rejoindre la boucherie familiale. Tous n'y arriveront pas, et heureusement car cela nous vaut un roman foisonnant, cavalant à bride abattue pendant quarante années derrière les rêves, les erreurs, les échanges hauts en couleurs auxquels tous se livrent plus ou moins furieusement. Epatant.

Louise Erdrich : Le Pique-nique des orphelins, Collection Terre indienne, Albin Michel, traduction Isabelle Reinharez, 2016, 468p.


Ce livre vous intéresse ? Réservez-le sur notre comptoir en ligne

 

 

 
L'intérêt de l'enfant, de Ian McEwan

mcewan-interet-de-lenfantSes romans, « Expiation », « Solaire », « Sur la plage de Chesil », « Operation Sweet Tooth ».... sont tous éclatants de réussite. Variant les genres et le style, Ian McEwan nous met, sans en avoir l'air, à chaque fois, en présence du libre arbitre ou de ce qu'il en reste...
Cette fois, nous assistons, éblouis par son intelligence, au quotidien d'une magistrate des affaires familiales. Les jours précédents, il lui a fallu résoudre des conflits dans lesquels le religieux contrecarrait l'émancipation individuelle. Un divorcé arabe, qui a soustrait son enfant à l'éducation trop libérale de sa mère anglaise et le cas d’un père juif orthodoxe qui souhaite élever ses filles hors du monde moderne. La surcharge de travail, sa complexité, et les enjeux énormes que toute décision de sa part suppose, ont entamé l’équilibre de son couple. Mais elle a à juger une affaire autrement plus importante que la frustration maritale, le dossier urgent d'un jeune leucémique de dix-sept ans, que condamne la conviction de ses parents, Témoins de Jéhovah. Elle pourrait laisser l'hôpital le transfuser de force, pourtant avant de contraindre, elle veut entendre toutes les parties. Dans l'intérêt de l'enfant.

La juge sent qu'elle entre là dans la tache aveugle de la justice, qu’il lui faut sortir du cadre. Trancher sur dossier ne peut pas seul sauver les êtres, fusse d'eux-mêmes. L'intime conviction, la protection sociale, se heurtent à un irrationnel auquel elle doit se confronter…

Ian McEwan : L'intérêt de l'enfant, traduit de l'anglais par France Camus-Pichon, Gallimard 2015, 240p.


Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

ou sa version numérique, ici

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 57

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !
captcha