Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature étrangère.

Littérature étrangère
Voici les noms, de Tommy Wieringa

voici-les-nomsPartis à treize, ils ne sont plus que cinq à l'arrivée, après des mois d'errance dans la steppe, migrants trompés par des passeurs sans scrupules. Histoire cruelle, histoire banale ? Pas tout à fait.
Car dans cette ville en pleine décadence, située aux confins orientaux de notre continent, les rescapés de cette marche hallucinée, traînant avec eux un colis macabre,
sont pris en charge par un inspecteur de police, saisi lui-même d'une quête mystique étrange : retrouver ses possibles attaches au judaïsme, là où l'Histoire l'a quasiment fait disparaître.
C'est
une double recherche dont il est question, celle d'une terre promise qui n'est jamais que la nôtre, celle d'une lecture du monde qui lui donne sens.
Pour y répondre, cette courte phrase tirée du coeur de ce livre puissant en forme de fable, : Notre mémoire est aussi notre fidélité. Car s'il est une mémoire européenne, le fracas du monde contemporain doit nous alerter. Que reste-t-il de cet esprit commun forgé au fil de l'histoire, où chaque homme a un nom ? Un nom, une identité, une reconnaissance en tant qu'humain.
Voici les noms, ce sont aussi les premiers mots de l'Exode, second livre de l'Ancien Testament, qui raconte la sortie d'Egypte des Hébreux fuyant la malédiction de Pharaon. Apologue, portrait en abîme d'un monde contemporain déconstruit, interrogation sur le religieux,Voici les noms de Tommy Wieringa, qui a reçu le Libris Literatuur Prijs en 2013, est un livre impressionnant, courageux et, malgré sa noirceur, positivement remuant...

Tommy Wieringa : Voici les noms, traduit du néerlandais (Hollande) par Bertrand Abraham, Actes Sud 2015, 330p.

Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici

et sa version numérique ici

 
Little America, de Rob Swigart

little-americaLe père et le fils se détestent. Le père se désole de la faiblesse et du manque d'ambition de son fils, et le fils rêve de tuer son père.
Lecteur, ne crois pas pour autant que ce livre soit sinistre. Il est au contraire très drôle, en portrait satirique de l'Amérique middle class des années 1970, matérialiste, conservatrice, faussement puritaine car obsédée par le sexe, et c'est important de le souligner, "
post guerre du Vietnam", avec une jeunesse qui rêve de passer à autre chose. Et en effet, le rêve d'Orville junior, fils d'Orville senior donc, est de s'établir comme pompiste dans l'immense station-service de Little America, un endroit où tout citoyen disposant d'une automobile finit par passer. On l'a compris, c'est loufoque, c'est déjanté, et c'est aussi très haletant, le livre se déroulant en de multiples scènes de quelques pages, mêlant la chronologie, et fonctionnant un peu comme un puzzle.

Les Editions Cambourakis ont le chic pour retrouver et publier quelques formidables écrivains américains quelque peu oubliés. C'est l'occasion ici de rappeler un livre qui nous avait enthousiasmés : Sale temps pour les braves, de Don Carpenter

Rob Swigart : Little America, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par François Happe, Cambourakis, 1015, 246p.

Ce livre vous intéresse ? Commandez-le ici

 
La mémoire est une chienne indocile, de Elliot Perlman

Alors qu’il va fumer une dernière cigarette sur le trottoir de l’hôpital, Adam Zignelik sympathise avec un balayeur Noir en sortie conditionnelle. Contre toute attente, ce dernier devient son confident, le dépositaire que ce dernier témoin de l’Holocauste choisi pour raconter ce qu’il a toujours tu. Historien, il a recueilli des témoignages sonores inédits de rescapés des camps. Plusieurs histoires se croisent dans le New York d’aujourd’hui, interrogent le devoir de mémoire et deux formes d’ oublis insupportables, celui de la condition faites aux Juifs, et celle faites aux Noirs.

Elliot Perlman, La mémoire est une chienne indocile, 10/18, 2015, 792 p., 11,10 €.


Ce livre vous intéresse ? Réservez-le ici.

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 6 sur 57

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture