Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en littérature française.

Littérature française
La fabrication de l'aube, de Jean-François Beauchemin

beauchemin fabrication aubeBeauchemin, nom prédestiné pour celui qui a frôlé la mort et revient ragaillardi parmi les vivants. L’auteur québécois, auteur du très remarquable « Le Jour des Corneilles »( Libretto) compose une ode à la vie, dans l’émerveillement de ce qu’elle a de meilleur à donner : la beauté d’un ciel et la chaleur de la fraternité. Ce petit livre, salue le rire salvateur, ressuscite les souvenirs d’enfance, s’approche avec pudeur d’un père, de l’amour d’une femme, d’une sœur, et rend grâce à l’existence ; à tous ces gestes, ces mots qui l’ont sauvé. Evitant la mièvrerie autant que l’affèterie, se tenant à l’écart de la spiritualité autant que de la sagesse de bazar, Jean-Christophe Beauchemin, d’une la plume claire, belle, aux images heureuses, dit simplement merci à la vie. Et à son chien, dont l’œil humide autant que sa truffe, ne l’a jamais abandonné.

Jean-François Beauchemin : La fabrication de l'aube, Phébus, coll. Libretto, 112p, 6,70 €

 
Ici, de Christine Van Acker

ici van ackerNon ce n’est pas du Geluck, mais du Van Acker, Ici étant l’improbable lieu-dit gaumais, où elle vit avec sa famille. Jadis à la campagne, écrit-elle, on se tuait à la tâche, aujourd’hui on y crève d’ennui. C’est pourtant là, que Christine Van Acker est partie vivre pour le plus grand plaisir des lecteurs de ses chroniques. Les a-t-elle écrites au cours des longues, trop longues soirées d’hiver ? Son œil de pie chaparde les saynètes de la vie d’un village déserté, que la civilisation n’atteint plus. Commerces de proximités fermés, bouffés par le zoning artisanal, jeunes sans emploi, font aussi partie du décor champêtre. Sans angélisme, mais avec beaucoup d’humour, l’auteur épingle d’un verbe vif, les us et coutumes des citadins en week-end, celles des gens du cru, et la cohabitation prudente, incrédule, qu’ils exercent avec les rats des villes reconvertis en rats des champs. Et elle ironise, avec un rien de cynisme, sur l’évolution de nos sociétés, qui asphyxie ses campagnes, supprime les gares, les bus, déplace les entreprises, mais multiplie les projets pour « renforcer les liens sociaux et intergénérationnels dans un souci de cohésion sociale »…

Christine Van Acker : Ici, Le Dilettante, 2014, 160p, 15€

 
Itatinémaux, de Thomas Lavachery

itatinemaux lavacheryThomas Lavachery publie un petit livre pour tous, jeunes et adultes, intitulé Itatinémaux. Cet ouvrage à la présentation soignée alterne une vingtaine de brefs chapitres avec des illustrations au trait. Textes et images sont l’œuvre de l’écrivain, dessinateur talentueux dont on apprend qu’il a abandonné une vocation d’auteur de bande dessinée pour se consacrer à la littérature. Dès la couverture, son style graphique évoque à la fois les illustrations de romans de Claude Lapointe et les gravures des guides nature (les meilleurs, selon Lavachery, étant publiés par Delachaux et Niestlé).

Ce livre autobiographique raconte la passion de l’auteur pour toutes sortes de bêtes - chats, caméléons, tritons, pleurodèles, chow-chow, etc. - qui ont accompagné et marqué son existence, bien qu’elles ne soient pas toujours des animaux de compagnie conventionnels. Fils d’un pédagogue formé à l’école du Dr Decroly, Thomas a toujours été confronté à la nature, fidèle à l’idéal rousseauiste. On en apprend beaucoup sur l’enfance du grand écrivain jeunesse (auteur de la saga de Bjorn le Morphir), mais aussi sur les espèces locales ou exotiques qu’il a côtoyées de près. Il décrit avec précision et humour les mœurs de ces « itatinémaux », comme lui et sa sœur les appelaient dans leur langue imaginaire. Ses récits bucoliques se déroulent à deux pas de chez nous, entre Uccle et Ixelles.

Thomas Lavachery : Itatinémaux, Aden, 2014, 103p, 14€

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 9 sur 57

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture