Le blog de la librairie Graffiti. Nos lectures, notices et critiques en Essais.

Essais
Penser encore, sur Spinoza et autres sujets, de Marcel Conche

penser-encore-concheDès l'enfance, alors qu'il gardait les vaches dans la ferme paternelle, il sut que la vie était au bout du chemin et qu'il devait s'y engager. Ce qu'il fait depuis 94 ans en voyageant dans les textes en compagnie d'Aristote, d'Héraclite, Lao-Tseu, de Montaigne, de Spinoza et de quelques autres.

Et comme eux, remettant sans cesse sur le métier du vivre une métaphysique en mouvement, Marcel Conche interroge, la mort, le temps, le destin, le choix, la nature, l'athéisme, la liberté, le hasard... Il y revient dans cette série de réflexions pour lui-même, et pour nous, avec une intelligence, une vivacité et une détermination sans faille. « Penser encore », sont de passionnants exercices de philosophie, écrits dans une langue simple qui invite à la méditation personnelle, tant ils sont habités par cette quête farouche de la vérité de la réalité. La vérité, en toute chose est son Graal et il la poursuit sans faiblir, et sans démonstration, armé d'une sagesse authentique, sans posture, vécue au quotidien, qui ne craint pas de se confronter à ses propres limites et à celle de la connaissance, aux sciences, à l'amour qui déstabilise. Toutes choses qui ouvrent un champ des possibles et oblige à affiner sa propre vérité, en se gardant des modes, des leurres et des passions funestes.

Marcel Conche : Penser encore, sur Spinoza et autres sujets, Encre Marine, 2015

 
Insoumis, de Tzvetan Todorov

insoumis-todorovDeux éléments ont guidé ce livre. D’abord le passé de son auteur, né bulgare dans le bloc soviétique, où toute opinion personnelle ne pouvait être exercée qu’en privé, loin des oreilles du pouvoir. Et ensuite son arrivée en France où il découvre la libre expression et la pensée politique mises en débat.
Profondément humaniste, Tzvetan Todorov s’attache, à travers toute son œuvre, à montrer les formes de résistance individuelle à la barbarie ou à l’intérêt de l’Etat lorsque celui-ci oublie qu’il est au service de l’éthique et du droit universel. « Insoumis » brosse le portrait de ces hommes et de ces femmes (Etty Hillesum, Boris Pasternak, Mandela, Edward Snowden…) qui, faisant partie du système ont un jour dit « non ». Pacifiquement, en exposant leurs vies, ils et elles se sont dressés au nom d’un principe supérieur : l’humanité de l’homme.

Tzvetan Todorov : Insoumis, Editions Laffont

 
L'esprit de résistance, de Vladimir Jankélévitch

jankelevitch-esprit-de-resistanceRassemblées entre autres par Françoise Schwab, éditrice de ses oeuvres posthumes, ces lettres et conférences de Vladimir Jankélévitch (1903-1985) témoignent de la persévérance d'une philosophie qui ne dissociait pas pensée et action, une pensée en tension avec son temps. « Voilà 34 ans que je m'égosille » clamait le métaphysicien doublé d'un moraliste. Frappé de plein fouet par les lois raciales avant même qu'elles ne fussent appliquées sous l'Occupation, il fut banni de la Faculté mais échappa à la déportation.
La question de l'Etre, au centre de sa réflexion, fut là, doublement ébranlée par cette mise au ban de la société « parce que juif » et par le hasard qui le sauva du sort réservé à six millions d'autres Juifs. Cela eut lieu, impossible d'oublier, voire de pardonner. Il ne pardonna jamais. Toute sa vie, il porta cette dette et cette blessure. « Je ressens l'obligation de prolonger en moi les souffrances qui m'ont été épargnées. »
Le philosophe du pur Amour, du Bien « vers lequel il faut se tourner avec l'âme toute entière », sonda l'irrationalité du Mal, interrogea la Mort, le paradoxe de la Morale, l'Irréversible, le Pardon, autant de thèmes qui sont des titres de livres qui interrogent une pensée en mouvement, vigilante, indomptée, souvent véhémente, paradoxale toujours. Ainsi Jankélévitch, qui connaissait admirablement la musique, se détourna après guerre, définitivement de tout ce qui venait d'Allemagne, où il ne remis plus jamais les pieds. Adieu Goethe, Beethoven. A cause d'Heidegger sans doute, que l'intelligentsia française n'eut de cesse de réhabiliter quand Jankélévitch lui, refusa d'oublier que le philosophe allemand soutint le nazisme à la fin des années 30. Jankélévitch lui, s'en tint à ceci « en morale ce qui est fait reste à faire- à faire et à refaire. » Des textes de lutte contre le racisme, la peur de l'Autre, qui affirment avec force que « l'indignation morale est le seul moteur grâce auquel nous passons du constat notionnel à l'effectivité, et du spectacle platonique de l'inégalité au refus insurrectionnel du scandale. »


Vladimir Jankélévitch : L'esprit de résistance, textes inédits, 1943-1983, Albin Michel

Pour réserver ce livre en format papier

en format numérique

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 17

Newsletter

Pour être tenu au courant des événements, activités et promotions de la librairie Graffiti, enregistrez-vous !

Notre blog lecture

La succession, Jean-Paul Dubois (Points-Seuil)

Littérature française

La mélancolie de l’auteur d’Une vie française fait merveille dans cette histoire d’héritage encombrant. De Miami ,où il a fuit danser le mambo et jouer à la pelote basque pour ne pas exercer auprès de son père, le narrateur revient à la mort de celui-ci. Mais réintégrer une famille

Continuer la lecture

Nora Webster, Colm Toibin (10/18)

Littérature étrangère

Cette chronique de la vie de famille en Irlande dans les années soixante révèle le grand art de Colm Toibin, se mettre entièrement du côté de son personnage. Une mère fort en gueule, dure avec elle-même et les siens mais aussi exemplative du renoncement que suppose être femme en Irlande

Continuer la lecture


Sigma, Julia Deck, (Editions de Minuit)

Littérature française

Cette dystopie dans le monde de la finance et des marchands d’art, entraine le lecteur au cœur de notre modèle culturel en l’exagérant à peine. Une Organisation (Sigma) pénètre les milieux influents pour veiller à qu’ils distillent une parole lisse et des idées convenues, qui

Continuer la lecture


Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill (Gallimard)

Littérature étrangère

Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! John Irving a adoré cette radioscopie tragi-comique des Etats-Unis de 1968 au 11 septembre. Un jeune universitaire tente d’enseigner Shakespeare à des étudiants en marketing et se réfugie dans les jeux vidéos. Son roman est en panne mais

Continuer la lecture


Philip Roth dans la Pléiade

Dernières lectures

Après Philippe Jaccottet, Mario Vargas Llosa et Kundera, Philip Roth entre de son vivant dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce premier volume rassemble les premières nouvelles et romans (1959-1977) qui l’ont propulsés dans la cour des grands auteurs américains. Après Goodbye Columbus, Le

Continuer la lecture