Votre librairie en Brabant Wallon. Commandez vos livres en ligne, venez les chercher en magasin !

Poésie Du Gérondif

Retour
€ 14,70
Prix donné à titre indicatif, et susceptible de modification de la part de l'éditeur
Publié le 10-04-2014
Type de reliure : Livre
pages 160
Publié par Le Tripode
N° EAN : 9782370550163

Acheter le livre en magasin

Pas en stock

Commander

Théoriquement disponible chez l'éditeur, sous réserve de vérification

Notice de l'éditeur

Un éloge des grammaires, de la diversité des langues et des cultures du monde !Jean-Pierre Minaudier, le traducteur à succès du roman L'Homme qui savait la langue des serpents..(Le Tripode, janvier 2013), n'est pas un homme ordinaire. Historien de formation et amoureux des langues, il enseigne le basque en plus de l'estonien, jongle avec les rudiments de dizaines d'autres idiomes et possède une des plus grandes bibliothèques personnelles de grammaires au monde. Dans Poésie du gérondif, armé de ses quelque 1.. 200 grammaires, il nous explique avec humour et quantité d'exemples pourquoi chaque langue est une vision particulière du monde...« Historien de formation, gros consommateur de littérature et de bandes dessinées depuis mon adolescence, j'ai, sur la quarantaine, traversé une drôle de crise: durant plus de cinq ans, je ne suis pratiquement arrivé à lire que des livres de linguistique, essentiellement des grammaires de langues rares et lointaines. Aujourd'hui le gros de l'orage est passé, mais je persiste à consommer nettement plus de linguistique que de romans. Je n'apprends pas ces langues: à part l'espagnol, l'anglais et deux mots d'allemand, je ne sais passablement que l'estonien, et je me suis quand même récemment mis au basque car c'est de loin la langue la plus exotique d'Europe. Mais j'en collectionne les grammaires - je possède à ce jour très exactement 1.149 ouvrages de linguistique concernant 856 langues, dont 620 font l'objet d'une description complète. Je les dévore comme d'autres dévorent des romans policiers, comme le rentier balzacien dévorait les cours de la Bourse, comme les jeunes filles du temps jadis dévoraient Lamartine, frénétiquement, la nuit, le jour, chez moi, dans les diligences (pardon, le métro), en vacances, en rêve. Il y a longtemps en revanche que j'ai appris à m'en tenir à d'autres sujets dans les soirées en ville, car je ne tiens pas spécialement à dîner avec Lucullus. »

Détail du produit

Auteur : Jean-pierre Minaudier
Langue : Français
Poids : 224 gr | Hauteur : 201 mm | Largeur : 151 mm | Epaisseur : 14 mm